Les maladies auto-immunes - Une foule d’affections douloureuses et invalidantes

Aucun organe ni aucune glande ne sont épargnés par les maladies auto-immunes. Elles peuvent également toucher les surrénales, les ovaires ou les testicules. Le proessus auto-immun peut aussi attaquer les liquides circulant comme le sang et ses éléments, tels que les globules rouges, les globules blancs ou les plaquettes. Parfois il s’agit de maladies auto-immunes systémiques qui touchent simultanément plusieurs parties.


Le cas du lupus érythémateux disséminé est encore plus typique puisque cette maladie touche à la fois les articulations, la peau, les vaisseaux, les reins, les poumons, le cœur et le tube digestif. Voici un tableau rapide des principales affections.

La polyarthrite rhumatoïde

Elle se caractérise par une destruction progressive des cellules cartilagineuses qui sont remplacées par du tissu fibreux. Les destructions osseuses et articulaires aboutissent sou- vent à des déformations importantes, en particulier au niveau des mains et des pieds.

La spondylarthrite ankylosante

Elle est diagnostiquée lorsque le patient présente une douleur et une raideur lombaires pendant plus de trois mois, non soulagées par le repos. Cela s’accompagne de douleur et de raideur de la région thoracique et d’une inflammation de l’iris de l’œil.

Le syndrome de Gougerot-Sjögren

Également appelé le syndrome sec, il se traduit par la diminution puis l’arrêt des sécrétions des glandes salivaires, lacrymales et vaginales.

Le lupus érythémateux disséminé

Cette affection inflammatoire atteint le tissu conjonctif de tout l’organisme et donc les articulations, la peau, les vaisseaux, les reins, les poumons, le cœur et le tube digestif.

La sclérodermie

La sclérodermie s’attaque principalement à la peau et aux tissus conjonctifs. Un des symptômes les plus courants est le syndrome de Raynaud, décoloration de l’extrémité de certains doigts déclenchée par le froid accompagnée de signes articulaires de type polyarthrite. Quelquefois, on constate une atteinte digestive, surtout de l’œsophage, avec difficulté du passage des aliments.

La thyroïdite d'Hashimoto

C’est de loin la cause la plus fréquente d'hypothyroïdie. Elle se caractérise évidemment par un manque de sécrétions d’hormones thyroïdiennes mais surtout par la présence d’anticorps anti-TPO détectables dans l’analyse sanguine.

La rectocolite hémorragique

Elle se caractérise par des lésions qui se limitent au côlon et au rectum et qui occasionnent cependant d’importants saignements. Deux autres symptômes principaux sont la diarrhée, des brûlures anales et une envie douloureuse d’aller à la selle.

La maladie de Crohn

Évoluant par poussées successives, cette atteinte touche l’ensemble du tube digestif (de la bouche à l’anus). Les lésions sont généralement profondes et peuvent parfois être à l’origine de fistules (trous dans la paroi de l’intestin). Les principaux signes cliniques sont des douleurs abdominales, la diarrhée prolongée, des émissions de glaires san- glantes, une masse palpable éventuelle dans la fosse iliaque droite, une fièvre modérée, de l’asthénie et un amaigrissement.

La sclérose en plaques

Dans cette maladie, dont on entend actuel- lement beaucoup parler, les troubles moteurs, visuels, sensitifs dans un stade plus ou moins avancé, sont dus à la formation de plaques de sclérose lésant la myéline des nerfs à divers niveaux du système nerveux.

Et aussi

De nombreuses autres pathologies sont classées parmi les maladies auto-immunes : maladie de Basedow ; myxœdème primaire ; maladie cœliaque ; cirrhose biliaire primitive ; cholangite sclérosante primitive ; anémie de Biermer ; syndrome de Crest ; pemphigoïde bulleuse ; dermatite herpétiforme ; myasthénie ; polymyosite... La liste est longue et n’en finit pas de grandir.


En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Soignez-vous ! ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé