• phs-alzheimer

La maladie de l’oubli

“L’Alzheimer… c’est un mal qui vole les cœurs, les âmes et les souvenirs », Nicholas Sparks. En 1906, le neurologue allemand, Dr.Alois Alzheimer, décrit, pour la première fois, ces lésions cérébrales causées par un mal encore inconnu.


Cette maladie neurodégénérative, évolutive et irréversible atteint principalement les personnes âgées de plus de 65 ans. Parmi ces personnes victimes d’Alzheimer, les femmes sont plus représentées que les hommes. Sachant que la population mondiale devient davantage plus vieille, Alzheimer peut se transformer en un réel problématique de santé publique. Cependant, il est important de savoir que cette maladie n’est pas une conséquence logique du vieillissement.

Donner une description claire et exacte de ce mal n’est pas chose facile puisque toute personne réagit et adopte un comportement différent.

Cette démence débute par des pertes de mémoires régulières mais à court terme, jusqu’à ce qu’elles deviennent presque définitives. La personne atteinte de celles-ci est confrontée à l’allitération graduelle de ses fonctions cérébrales.

La progression de la maladie d’Alzheimer est lente et s’aggrave au fil du temps. Au fur et à mesure, le patient rencontrera des difficultés à appréhender les manifestations du monde qui l’entoure. Il est, malheureusement, possible d’arriver à un stade où il y a une incapacité totale à effectuer les gestes simples du quotidien.

 

Le sucre, un accélérateur de la maladie d’Alzheimer ?

Avoir trop de sucre dans le sang augmente le risque d’être atteint de problèmes de santé comme le diabète, l’hypertension, etc. Ces maladies accroissent la possibilité de développer des démences neurodégénératives, tout comme l’Alzheimer. Il est donc primordial d’avoir une activité physique constante puisque le sport aide à favoriser le développement et la connectivité des cellules cérébrales.

 

Les graisses et les protéines, une solution ?

Contrairement à ce qu’il a été démontré par plusieurs études, le glucose ne serait pas la première source d’énergie. Pour adopter une alimentation équilibrée, ce sont les graisses et les protéines (œufs, viandes, lait, fromages, ect) qui sont conseillées dans ce cas-ci.

 

Attention aux carences en vitamine D !

Manquer de ces vitamines pourrait être un des facteurs du développement de l’Alzheimer. Cette vitamine, soluble dans la graisse, a des bienfaits au niveau de notre immunité, des inflammations mais également au niveau de notre cerveau. Les personnes de plus de 65 ans qui sont en manque de cette vitamine augmentent leur « chance » de contracter la maladie.

 

Les ondes nous empoisonnent

Dans notre société d’aujourd’hui, nous sommes envahis, en permanence, par les réseau wi-fi, les antennes relais, les ondes des téléphones portables, etc. Pourtant, ils sont très nuisibles pour notre cerveau. Il est possible de diminuer cette pollution électromagnétique en n’utilisant pas son GSM en voiture, en changeant son micro-onde tous les 5 ans, en éteignant son téléphone durant la nuit, ou encore en débranchant les appareils inutiles.

 

Des gestes simples pour prévenir Alzheimer

Malgré ces différents conseils, alertes, il y a encore plusieurs choses qui nous échappent quant à cette démence cérébrale. Eveiller notre cerveau et notre mémoire régulièrement est important et essentiel.

De plus, il a été prouvé que la prise de resvératrol et/ou de curcumine atténue les conséquences du vieillissement sur notre cerveau. Les effets seront encore davantage visibles si les 2 produits sont pris en même temps et, sous une forme plus absorbable comme le liposome.


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.