• Ho’oponopono

À̀ la découverte d’Ho’oponopono

Rituel communautaire des populations ancestrales d’Hawaï, Ho’oponopono est un outil de réconciliation avec soi-même. Cette pratique permet d’effacer les processus inconscients, responsables des situations difficiles dans notre vie. Une technique qui peut transformer notre quotidien, voire notre destinée, de manière simple.


Ho’oponopono est une technique hawaïenne de guérison qui signifie "rectifier l’erreur", "rendre droit" ou encore "bonifier". Ce mot aux consonances étranges vient de ho’o qui veut dire "occasionner" en hawaïen, et ponopono qui signifie "perfection". Pour les chamanes hawaïens, cette erreur provient de pensées polluées par des mémoires douloureuses, sources de souffrances et de maladies. En remettant sur la bonne voie, Ho’oponopono libère l’énergie de ces pensées.


Il y a bien longtemps, Ho’oponopono était un rituel pratiqué dans les villages des îles Hawaï pour résoudre les problèmes communautaires et les conflits : tous les habitants se réunissaient afin de les partager. Puis, chacun demandait pardon pour ces pensées inadaptées qui étaient sources du problème.

La mémoire coupable

Il a fallu attendre le XXe siècle pour que Ho’oponopono soit remis au goût du jour par une chamane hawaïenne, Morrnah Nalamaku Simeona (disparue en 1992). Elle était kahuna lapa’au, c’est-à-dire "gardienne du secret" et "guérisseuse". Pour elle, "nous sommes l’accumulation de toutes nos expériences, ce qui revient à dire que nous sommes chargés de nos passés. Lorsque nous expérimentons du stress ou de la peur dans nos vies, si nous observions attentivement, nous pourrions nous rendre compte que la cause en est une mémoire".


Dans la pensée de Ho’oponopono, l’être humain est constitué de quatre éléments :


Unihipili, ou subconscient, qui stocke les mémoires des expériences passées et les émotions.


Uhane, ou conscient, qui correspond à la raison et à l’intelligence.


Aumakua, ou moi supérieur (âme), qui se situe dans une autre dimension tout en restant en contact avec Unihipili et Uhane par l’intermédiaire d’une énergie invisible (aka).


• Étincelle, ou intelligence divine, soit l’identité de soi et les inspirations.


Le but de Ho’oponopono est de créer l’équilibre entre ces différents éléments mais aussi de découvrir la divinité qui est en nous. Pour Morrnah Nalamaku Simeona, "nous sommes ici seulement pour apporter la paix dans notre vie, et si nous apportons la paix dans notre vie, tout, autour de nous, retrouve sa place, son rythme et la paix". Aujourd’hui, à la différence du rituel ancestral, Ho’oponopono se pratique seul.

Effacer les faits négatifs

Le procédé mis au point par Morrnah s’est révélé si efficace qu’elle a été invitée par les Nations unies et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais c’est l’un de ses élèves, le Dr Ihaleakala Hew Len, qui a en permis la diffusion. Alors qu’il travaillait à l’hôpital d’État d’Hawaï, il vécut une expérience qui fit rapidement le tour du monde. Cet établissement comptait de nombreux malades très dangereux, enfermés dans une salle où le personnel soignant ne se rendait jamais. Le Dr Len s’isola donc dans son bureau et étudia les dossiers de ces patients. À la surprise de tous, ces malades commencèrent à aller mieux : leur état mental s’améliorait, ils devenaient moins agressifs et leurs traitements pouvaient être allégés. Certains parvinrent même à la guérison. Ses collèges demandèrent au Dr Len ce qu’il avait fait pour obtenir de tels résultats. Il répondit : "Tout simplement, je guéris la partie en moi qui les a créés."


Car la base de Ho’oponopono enseigne que nous sommes les créateurs à 100 % des événements dans notre vie, et rien n’échappe à cette règle : tout est le fruit de nos pensées et de nos mémoires. Les faits heureux proviennent de nos mémoires harmonieuses, alors que les épisodes traumatisants ou simplement négatifs découlent de nos mémoires erronées. Dans ce dernier cas, la pratique de Ho’oponopono permet de les effacer, et changera du même coup la situation désagréable.


La rapidité des améliorations dans notre quotidien est souvent impressionnante. Il est aussi remarquable de constater que les derniers travaux de la physique quantique rejoignent parfaitement les conclusions de Ho’oponopono : les expériences ont démontré que la pensée agit sur la matière. Ainsi, en changeant nos pensées, nous pouvons changer le monde, du moins "notre" monde.

 

À lire :

  • le livre "Ho'oponopono" par Luc Bodin, Maria-Elisa Hurtado-Graciet
  • le livre "Le grand livre de l'ho'oponopono" par Luc Bodin, Nathalie Bodin, Jean Graciet

À voir :
La vidéo du dr Luc Bodin interrogé par Nathalie Lefèvre pour alternativesante.fr