Vaut-il mieux être chauve qu’impuissant ?

 

Messieurs (et par extension, mesdames), préférez-vous perdre vos cheveux ou votre libido ?
 
C’est bien en ces termes qu’il vous faudra poser les données du problème lorsque votre dermatologue préféré vous prescrira du finastéride. Préconisée dans les premiers stades d’alopécie androgénétique (due à la testostérone, l’hormone mâle), cette molécule commercialisée sous le nom de Propécia traîne sa réputation de tue-l’amour en induisant une baisse sensible de la libido, des troubles de l’érection et/ou de l’éjaculation.
 
Les effets indésirables de ce médicament sont d’autant plus gênants qu’ils peuvent persister jusqu’à trois mois après la fin du traitement et entraîner dépression et pensées suicidaires
 
Un  programme à s’arracher les cheveux.
 
 
Michael S. Irwig dans, Journal of Clinical Psychiatry, 2012.

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute en médecine complémentaire. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com