• Des traitements phyto pour la migraine

Un traitement à double détente contre les migraines

Si le mécanisme intime des migraines reste mystérieux, elles sont néanmoins liées de façon évidente à une certaine paresse intestinale et à des troubles de la circulation sanguine. Un traitement à base de plantes agit spécifiquement sur ces deux processus pour diminuer la fréquence et l’intensité des migraines.


La migraine est une maladie fonctionnelle qui n’est provoquée par aucune lésion et ne laisse pas de séquelle dans l’organisme. L’absence de tout critère anatomique ou biologique permanent empêche de poser un diagnostic en dehors des crises. La principale anomalie constatée pendant la migraine est d’une part la dilatation des vaisseaux sanguins extra-crâniens, et d’autre part, une augmentation du débit sanguin cérébral.

Facteurs déclenchants

Les causes de la migraine sont multiples et difficilement identifiables. Elle peut apparaître aussi bien lors d’une période de transition (changement de travail, chômage, mariage, naissance, deuil…) que lors d’une phase de relâchement (week-end, vacances…). Les facteurs peuvent également être sensoriels (soleil, lumière, bruit…), climatiques (saison, température…), psychologiques (colère réprimée…), ou hormonaux.

L’aspect alimentaire et digestif est également important. Il semblerait que certaines migraines soient déclenchées par l’ingestion d’aliments contenant de la tyramine. C’est le cas de la banane, du chocolat et de certains fromages. Certaines personnes ont une vésicule biliaire paresseuse et l’ingestion de graisse peut alors provoquer une crise. Chez d’autres, ce sont les sulfites (adjuvant indispensable à la conservation du vin) ou d’autres substances contenues dans le vin qui provoquent les migraines.

Le traitement de la migraine passe donc par un traitement préventif ciblant notamment les problèmes de digestion et de circulation sanguine et un traitement en cas de crise.

Traitement de fond

  • L’aubépine (Crataegus) régule la circulation sanguine tout en ralentissant le rythme cardiaque.
  • L’huile essentielle de cannelle composée d’aldéhyde cinnamique et de phénols, stimule la digestion et la respiration.
  • La feuille de cassis a une action anti-inflammatoire et active les glandes surrénales responsables de la gestion du stress.
  • La menthe (Mentha piperata) a un effet positif sur les migraines digestives grâce à sa double action tonique digestive et antispasmodique.
  • La racine d’angélique (Angelica archangelica) contient une huile essentielle qui stimule tout l’appareil digestif.
  • L’extrait sec d’artichaut (Cynara) contient de la cynarine qui, en stimulant la sécrétion biliaire, empêche la constipation souvent responsable de migraines.
  • L’extrait sec d’arbre à thé (Thea sinensis) est un puissant antioxydant. Sa richesse en théine permet de lutter contre les variations vasoconstriction/vasodilatation de la migraine.

En crise

Pendant toute la durée de la crise, utiliser simultanément:

Faites un mélange à parts égales des huile essentielles suivantes que vous appliquerez sur les tempes car c’est l’endroit le plus proche des récepteurs neurologiques et qui correspond également à des méridiens d’acupuncture.

  • La menthe (Mentha piperata) diminue la tension dans les artères temporales.
  • Le piment de Cayenne (Capsicum frutescens) atténue la sensibilité du tissu nerveux.
  • La lavande (Lavendula vera) favorise la détente.
  • Le ravensara aromatica a un effet relaxant, anti-inflammatoire et diminue les nausées.

Faites également un mélange de teintures mères à raison de 10 gouttes à diluer dans un fond d’eau toutes les heures :

  • Le cumin noir (Nigella sativa), riche en oméga 3 et en nigellone, possède une action anti-inflammatoire, parasympathique, antiallergique et antidouleur,
  • Le romarin (Rosmarinus officinalis) un antioxydant extrêmement puissant doublé d’un draineur hépatique qui limite les symptômes des migraines digestives et
  • L’églantier (Rosa canina) renforce l’effet du romarin car il réduit l’acidité de l’estomac et draine la vésicule biliaire.
 

À écouter sur Radio Médecine Douce :