Le millepertuis : indispensable en phytothérapie

Nul besoin d’avoir la main verte pour avoir chez soi un pied de millepertuis. Cette plante est peu exigeante : elle s’adapte à tous les sols, pousse aussi bien en terre qu’en bac et supporte même le calcaire. On pourrait presque le considérer comme une mauvaise herbe tant il se reproduit facilement (il se multiplie par le développement des racines en plus de se propager par les graines). Mais le millepertuis a des propriétés médicinales si intéressantes qu’on ne peut lui en vouloir de s’installer si facilement dans nos jardins.


  • Une pharmacie à lui tout seul

Le célèbre phytothérapeute français Jean Valnet considérait que le millepertuis était la plus précieuse des plantes médicinales. Une étude, menée en 2005, révèle que le millepertuis est plus efficace sur le long terme que n’importe quel autre antidépresseur. Avec un avantage certain sur ses concurrents synthétiques : il ne provoque aucun effet secondaire.

Cette concordance d’éléments positifs amène à s’interroger sur la raison qui a poussé les autorités françaises à interdire la commercialisation du millepertuis. L’explication officielle : trop d’interactions avec les médicaments. Ce qui amène à recommander la prudence et à conseiller de ne jamais prendre de millepertuis pendant un traitement médicamenteux sans avoir demandé un avis médical.

  • Au jardin, à mi-ombre

Pour pouvoir profiter au mieux de cette plante au jardin, quelques règles restent à observer.
Pour avoir une plante bien fleurie de juillet à septembre, il est conseillé de la placer à mi-ombre, de lui donner un peu de crottin de cheval ou d’Or brun et de l’arroser légèrement le soir, en période de canicule afin de faire retomber la température intérieure des feuilles. Attention cependant à ne pas l’inonder : le millepertuis craint l’eau. À ces conditions, vous pourrez commencer la récolte dès aujourd’hui et pendant les premières semaines de l’été. Récolte que vous pourrez reprendre éventuellement en octobre, lors de la seconde floraison.

Mode d’emploi

On dénombre 350 sortes de millepertuis réparties dans le monde entier. L’un des plus communs, l’Hypericum perforatum est le plus efficace des antidépresseurs naturels. On peut consommer ses jeunes feuilles crues mélangées à une salade.

Les parties utilisées sont les sommités fleuries et les jeunes feuilles.

  • L’huile rouge pour les brûlures

Mettre quelques fleurs à infuser dans de l’huile d’olive. Celle-ci devient rouge après plusieurs semaines. Vous emploierez le mélange obtenu en compresses pour les écorchures, les plaies, les ulcères variqueux, les irritations de la peau et surtout les brûlures dont il calme immédiatement la douleur.

  • L’infusion pour la déprime

Faites d’abord sécher à l’abri de la lumière et de l’humidité les sommités fleuries et les jeunes feuilles que vous aurez récoltées. Pour obtenir un effet antidépresseur, infusez 15 à 30 g de plantes sèches dans un litre d'eau et buvez-en trois ou quatre tasses par jour.

 

Disponible en gélules et en liquide

La Vie Naturelle

65 rue Claude Bernard

75005 Paris

Tél. : 0 800 40 46 00

Site : www.la-vie-naturelle.com