Faites une cure de sève de bouleau « primeur »

En cure printanière, la sève de bouleau est réputée éliminer en profondeur les toxines accumulées durant l’hiver. Ses propriétés sont décuplées lorsqu’elle est pure à 100 % et qu’elle est consommée très peu de temps après avoir été extraite de l’arbre, sans avoir subi aucune pasteurisation. Grâce à une équipe de passionnés, on peut se procurer, en France, cette boisson recoltée en quantité limitée il y a seulement quelques jours, dans le plus grand respect de l’arbre. Pour nos organismes encrassés c'est une alternative bien-être

Le printemps fait renaître la végétation et c’est en cette saison que la sève du bouleau est la plus riche car les bourgeons ont besoin, pour leur croissance, d’une abondance de minéraux, d’oligo-éléments et de vitamines.

Diurétique, drainant et reminéralisant

La sève de bouleau constitue la cure de printemps de prédilection pour ceux qui souhaitent éliminer les toxines accumulées pendant l’hiver. Depuis le XIIème siècle, les peuples de l’Europe du Nord boivent au printemps de « l’eau de bouleau » en cure. Les propriétés drainantes et diurétiques de la sève ont été confirmées depuis et les indications se sont multipliées, notamment pour l’élimination des déchets organiques comme l’acide urique et le cholestérol. La puissance de drainage de la sève est également reconnue pour améliorer très nettement les problèmes de peau puisqu’ils sont souvent liés à la saturation par les toxines des systèmes excréteurs. La sève de bouleau a également prouvé ses avantages dans les troubles de la vessie, de la vésicule biliaire ou dans les affections rhumatismales. Mieux étudiée aujourd’hui, la sève est maintenant reconnue pour lutter contre l’ostéoporose grâce à la présence de silicium organique bio-disponible, de calcium et de phosphore, c’est un reminéralisant hors pair. Le potassium permet en outre au cœur d’améliorer le rythme cardiaque et de réguler la circulation sanguine. Le magnésium, le lithium et autres oligo-éléments rééquilibrent l’humeur et font disparaître les moments de déprime. La vitamine C et le sélénium participent à la lutte contre le stress oxydatif.

Recueilli à la nouvelle lune

Depuis quelques jours, de petits récoltants professionnels travaillant dans le respect de la nature et des arbres, ont entrepris de collecter la sève de bouleau. Après avoir sélectionné, dans l’Ain (sur le contreforts montagneux), une forêt de bouleau offrant la meilleure qualité de sève, ils ont choisi 285 arbres pour en tirer la précieuse « eau de printemps ». Ils en extrairont cette année seulement 3 000 litres pour ne pas épuiser les « donateurs ».

L’extraction s’opère en faisant une petite incision dans l’écorce de l’arbre et en y plaçant une paille pour guider la sève dans un récipient. L’opération est brève et ne blesse pas l’arbre. Le produit est 100 % pur et frais. La stabilité naturelle du liquide évite tout ajout de conservateurs ou le recours à la pasteurisation, ce qui préserve toutes ses qualités. Le liquide recueilli sort de l’arbre avec une couleur beige en raison de la présence de tanins. La sève étant « vivante », sa couleur va changer avec le temps pour devenir d’un blanc laiteux. La sève de bouleau « primeur » ne s’altérera en rien jusqu’à la fin de la cure.

Cure, mode d’emploi

La cure de sève de bouleau doit s’étendre sur 21 jours à raison d’un verre par jour. Sur une période plus courte elle ne serait d’aucun effet. Plusieurs litres sont donc nécessaires. La sève doit être conditionnée dans des bouteilles qui devront rester au frigo pendant la cure. Il faut qu'elle soit, non filtrée, non pasteurisée et si possible conditionnée par le procédé "de l'arbre à la bouteille" qui permet d'éviter les conservateurs et la fermentation. Vous en trouverez par exemple ici.

Pour profiter au mieux de la cure

  • Renouvelez votre flore intestinale. Un intestin en parfaite santé permettra de bénéficier à plein de l’action de la sève « primeur ». Nous vous recommandons d’associer « le vivant au vivant » et le « liquide au liquide » en employant, spécialement à l’occasion de cette cure, une boisson aux plantes lacto-fermentées venue du Danemark et baptisée « Vita Biosa ». Cette boisson (d’un goût un peu particulier, il est vrai) contient 7 souches différentes de ferments lactiques (50 millions de bactéries par millilitre), et vingt extraits de plantes. Elle a la particularité d’avoir un pH de 3,5. Le bas niveau de pH protège les bactéries de la digestion et leur permet de se développer au moment où elles sont le plus utiles, lorsqu’elles parviennent aux intestins. Cinq millilitres par jour pendant les 21 jours de la cure suffisent à revitaliser fortement la flore.
  • Privilégiez une alimentation autant que possible crue, évitez de consommer de la viande tout le temps que dure la cure, dînez léger.
  • Recherchez les activités de plein air : marche, jardinage… tout ce qui peut favoriser l’oxygénation du corps.

 

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.