• Comment résoudre les pannes sexuelles

Les pannes sexuelles

Le rythme des rapports sexuels d’un couple moyen se situe entre 3 fois par semaine (avant 40 ans) et 3 fois par mois (après 40 ans) avec un déclin progressif fonction de nombreux facteurs… dont la prise régulière de certains médicaments notamment les somnifères, les tranquillisants, les hypotenseurs, les antidépresseurs, les bêtabloquants, les diurétiques… Il est aussi fonction du stress, lui-même, entretenu par la multiplication des pannes sexuelles. Voici les solutions que propose la médecine naturelle (phytothérapie, homéopathie, aromathérapie, remèdes chinois, acupuncture...).



Conseils alimentaires :
Ils sont essentiels dans le cas de simples « pannes ».

  • Ayez une activité physique régulière mais pas trop intense car elle aurait alors l’effet inverse.
  • Mangez juste et équilibré.
  • Évitez les graisses cuites, les laitages, les fromages, sucreries qui bouchent les artères.
  • Choisissez les aliments qui contiennent les oligo-éléments sélénium et zinc et les vitamines C et E. Vous les trouvez préférentiellement dans l’ail, les brocolis, les agrumes, les légumes verts, les fruits rouges, les céréales complètes, les champignons, les germes de blé, les poissons et fruits de mer, la viande (foie, rognons), la levure de bière…
  • Relevez les plats avec poivre, noix de muscade, graines de moutarde, cannelle, gingembre…
  • Méfiez-vous de l’alcool qui est un faux-dopant de la sexualité.
  • Terminez le repas-coquin par un thé vert à la menthe, un café ou du chocolat noir qui stimulent le désir… à défaut d’être réellement efficaces sur la « performance »…

Phytothérapie

L’impuissance est très différente des « pannes sexuelles », contre lesquelles nous avons recommandé plusieurs plantes aux vertus aphrodisiaques. Nous ne les évoquerons ici que très sommairement en y ajoutant quelques autres plus spécifiques des simples pannes.

  • Le muira puama : c’est l’aphrodisiaque de référence (4 à 6 gélules par jour).
  • L’avoine (Avéna sativa) : aurait des vertus sur le déclenchement, la qualité et la durée des érections.
  • Le ginkgo : pour ses vertus circulatoires.
  • La kola : pour aider à la réconciliation des couples le soir.
  • Le maté : arbre symbole de la force et de la vigueur en Amérique du Sud.
  • La yohimbine : cette écorce est réputée depuis toujours pour ses vertus stimulantes.
  • L’éleuthérocoque : a été étudié chez les cosmonautes soviétiques pour le traitement préventif et curatif de l’anxiété. La racine d’éleuthérocoque serait stimulante pour le système nerveux central. Elle serait bénéfique aux fonctions sexuelles de l’homme. Elle renforcerait par ailleurs la résistance des sportifs. (chez La Vie Naturelle)
  • Le gingembre : stimulant et stomachique. Il est donc conseillé pour les baisses de tonus sexuel. Au Sénégal, les femmes se font des ceintures contenant des tubercules de gingembre afin de stimuler l’ardeur sexuelle de leur partenaire.

Homéopathie

  • Caladium : indiqué pour « les érections faibles malgré de forts désirs sexuels ». Il serait indiqué pour les fumeurs.
  • China : Il est le remède de l’excité sexuel qui souffre d’impuissance et qui a de fréquentes pertes séminales.
  • Conium maculatum (la grande ciguë) : indiqué pour l’homme qui a des désirs sexuels intenses mais qui est incapable de les satisfaire. Les éjaculations sont involontaires en présence d’une femme ou lors des phases préliminaires. Ce médicament serait particulièrement intéressant pour les « vieux garçons chastes ». Il est prescrit pour les troubles sexuels qui se rencontrent lors des périodes d’abstinence prolongées ou suite à des excès de rapports sexuels.
  • Lycopodium clavatum : plante herbacée appelée « pied de coup » dont on utilise les spores. Il est le remède des sujets jeunes qui ont des érections molles malgré un désir conservé. L’éjaculation est précoce. Ce sont souvent des sédentaires, gros mangeurs et obèses.
  • Agnus castus (poivrier des moines) : correspond au gattilier commun. Considéré chez les Grecs comme « utile à ceux qui font vœu de chasteté ». Au Moyen-Âge, les moines en saupoudraient leur couche pour réfréner leurs désirs charnels.

En homéopathie, il est le remède de l’absence d’érection en particulier après perte séminale.
Quel que soit le remède choisi, prendre 5 granules en 5 CH, 2 à 3 fois par jour.

Aromathérapie
Voie orale :
H.E. Zingiber officinale 25 mg
H.E. Satureja montana 25 mg
Excipient q.s.p. 1 gélule n° 2, n° 60
1 gélule 3 fois par jour durant
20 jours, à renouveler si nécessaire.

Voie cutanée :
H.E. Mentha x citrata 5 ml
H.E. Melaleuca quinquenervia
nerolidol 1 ml
Excipient q.s.p. un gel de 60 ml
1 application par jour sur l’abdomen durant 20 à 30 jours.

Remède chinois
Nan Bao « le trésor de l’homme »
2 à 4 gélules par jour (chez La Vie Naturelle)

Acupuncture
Elle est tout à fait efficace grâce à ses deux actions : rééquilibrante et stimulante. Le « point des geishas », au nom imagé, situé dans le bas du dos, qui réveille les vitalités assoupies ne demande qu’à être piqué ou massé souvent.

Et pour les femmes ?
H.E. Camomille romaine 2 gouttes
H.E. Sauge officinale 1 goutte
H.E. Ylang ylang 2 gouttes
5 gouttes du mélange dans le bas de la colonne vertébrale 2 fois par jour pendant une semaine.
Le céleri et la truffe sont aussi des aphrodisiaques pour les femmes.

 

Quel que soit votre état de santé, les conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com ou renseignez-vous auprès des écoles de formation à la naturopathie de votre région. Vous en trouverez la liste sur devenir-therapeute.fr.

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.

 

A écouter sur Radio Médecine Douce :