Le thé : plus qu’une boisson, un médicament !

Les études sur les vertus du thé se multiplient. La boisson la plus bue au monde révèle toujours de nouveaux secrets. Mais attention : mal utilisé, il peut faire plus de mal que de bien. Explications.

  • Le tour du monde du thé

Thé noir ou thé vert, la plante d’origine est toujours la même. Il s’agit d’un camélia, Camelia Sininsis. Les nuances entre les différentes saveurs dépendent surtout du mode de cueillette et de préparation. Le meilleur thé est cueilli lorsque le bourgeon commence à s’allonger comme un petit cigare. C’est le Pekoe. En Chine, on ramasse le thé lorsqu’il a ce bourgeon plus trois feuilles. Si l’on attend davantage et que se développe un gros bouquet de feuilles, on obtient un thé de moindre qualité gustative.

  • Séché, roulé ou fermenté ?

Le reste est question de préparation. Le thé vert ne subit aucune transformation. Il est séché tel quel, puis roulé. Si on brise légèrement les bords des feuilles avant le séchage, il se produit un phénomène d’oxydation partiel qui donne le thé oolong. Enfin, le thé noir est obtenu en roulant les feuilles encore fraîches, de manière à briser les nervures. L’oxydation qui se produit alors est plus intense et de nombreuses enzymes sont libérées qui modifient la structure biochimique du thé.
Dès son introduction en Europe, au début du XVIIème siècle, le thé fut considéré comme une boisson thérapeutique. On lui accordait une action contre les migraines, les problèmes digestifs et l’asthme… Aujourd’hui, on en sait un peu plus.

  • À chaque thé ses vertus

Oui, le thé est une vraie plante médicinale ! Des études ont montré ses vertus toniques, diurétiques, digestives, dépuratives. On sait qu’il fait baisser le taux de cholestérol sanguin, qu’il soulage les diarrhées (lorsqu’il est très fermenté). On a découvert plus récemment qu’il est aussi protecteur vasculaire et anti-inflammatoire.

Cependant, tous les thés n’ont pas exactement les mêmes vertus. En gros, le thé vert, très riche en tanins, est anti-cholestérol et anti-diarrhéique. Il est aussi très chargé en polyphénols, qui lui confèrent une action anti-inflammatoire et même anti-cancéreuse. Plusieurs études sur des souris ont montré que la consommation régulière de thé vert freine l’évolution de nombreux cancers.
Le thé noir, lui, contient davantage de flavonoïdes, des composants capables de protéger les parois des vaisseaux contre le vieillissement. Il contient aussi de la vitamine P, laquelle diminue les risques de maladies cardiovasculaires.

  • Comment le préparer

Un bon thé dépend aussi de la façon dont on le prépare.
Choisissez une eau pure, peu minéralisée. L’idéal est une eau de source.
Si vous consommez un thé vert ou semi-fermenté, amenez l’eau juste en-dessous de la température d’ébullition (lorsqu’elle frémit). Si c’est du thé noir, attendez que l’eau boue franchement.
Mieux vaut éviter les sachets et les boules à thé, dans lesquels les feuilles ne peuvent pas s’épanouir et développer tout leur arôme.
Le temps d’infusion dépend de votre goût. 2 à 5 minutes constituent une moyenne.
Et, surtout, achetez du thé en vrac de bonne qualité. Cela fait partie du rituel de préparation, qui est pour beaucoup dans le plaisir de la « conviviali-thé » !

Le thé sert à bien d’autres choses !

Au lieu de jeter les feuilles de thé infusé, faites-en un engrais pour vos plantes. Elles adorent ça.
Vous pouvez aussi les utiliser comme cataplasme : autour des yeux, le thé favorise le dégonflement des paupières et la prévention des cernes.
Enfin, le thé fort peut être utilisé comme un déodorant, notamment pour se débarrasser des effluves de peinture et de vernis.