• Traitement naturel de la coqueluche

Guérir la coqueluche avec la phytothérapie et l'homéopathie

L’évolution de la coqueluche est habituellement favorable. Les quintes de toux durent une quinzaine de jours, puis s’espacent progressivement jusqu’à disparaître en quelques semaines. Une coqueluche se guérit en 10 minutes par un simple baptême de l’air avec une ascension à 3 000 mètres. Une promenade en voiture en montagne peut aussi faire l’affaire.


La coqueluche est une maladie infectieuse provoquée par une bactérie, le bacille de Bordet-Gengou (Bordetella pertussis). Elle est très contagieuse. Depuis quelques années, on assiste à un changement de transmission de la maladie. Celle-ci n’est plus d’enfant à enfant mais d’adultes et adolescents à nourrissons non vaccinés. Cette maladie peut être mortelle chez le nouveau-né de moins de 3 mois. Elle peut toucher l’homme quel que soit son âge et on peut avoir la coqueluche plusieurs fois dans sa vie.
La contamination s’effectue par voie aérienne, à partir de gouttelettes de salive.
L’évolution de la coqueluche est habituellement favorable. Les quintes de toux durent une quinzaine de jours, puis s’espacent progressivement jusqu’à disparaître en quelques semaines.
Une coqueluche se guérit en 10 minutes par un simple baptême de l’air avec une ascension à 3 000 mètres. Une promenade en voiture en montagne peut aussi faire l’affaire.

Phytothérapie

Quelques plantes favorisent puissamment la guérison : le bouillon-blanc, le coquelicot et surtout le drosera.

  • Bouillon blanc : l’infusion se prépare avec 20 g de fleurs par litre d’eau. Prenez le soin de la passer à travers un linge pour que les poils dont la fleur est couverte n’irritent pas la gorge.
  • Coquelicot et Drosera : ces infusions s’obtiennent avec une pincée de fleurs sèches dans 1 tasse d’eau bouillante.
    L’infusion de drosera est particulièrement active : elle fait diminuer la fréquence et la durée des quintes et exerce une action favorable sur les vomissements. On peut aussi faire préparer en pharmacie un sirop composé de 2 g de teinture de drosera pour 200 g de sirop de coquelicot.
  • Oignon : les gitans utilisent une recette efficace qui n’est autre qu’un sirop d’oignon : 200 g d’oignons hachés, macérés une nuit dans 200 g de sucre de canne. 1 cuillerée à café toutes les heures.

Homéopathie

Le traitement homéopathique obtient des résultats palpables.

  • Au début, prenez : Belladonna 4 CH puis Ipeca 4 CH,
  • Pendant la période d’état, utilisez :
    Drosera 4 CH, si les quintes sont sèches.
    Coccus cacti 4 CH, si les quintes sont accompagnées d’un rejet de mucosités.
    China 4 CH, si les quintes se produisent avec spasmes
  • Dans la période de déclin : Pulsatilla 4 CH

Les homéopathes utilisent aussi un remède isothérapique,

  • Pertussin en 15 CH qui accélère l’évolution de la maladie et évite les complications. Prendre 1 dose.