• numeration-formule-sanguine-soignez-vous.com

La numération formule sanguine

À la base, la NFS indique le nombre d’éléments figurés présents dans le sang, entendez par là le nombre des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes contenus dans un millimètre cube de sang. Chacun de ces éléments a un rôle essentiel dans notre organisme.


L'hémogramme ou numération formule sanguine (NFS) est l'examen le plus prescrit en France car il permet de déceler un nombre important de pathologies qui dépasse largement le cadre des pathologies hématologiques. On l'utilise aussi bien pour la fibromyalgie, la fatigue chronique, l'anémie, les infections persistantes, les thromboses, les tumeurs, l'erythrose cutanée, un amaigrissement brusque mesuré par une chute de l'IMC... Tous cette pathologies provoquent en effet des variations du nombre de globules rouges, des leucocytes, des plaquettes.

Globules rouges (hématies)

L’analyse sanguine donne d’abord le nombre de globules rouges (inférieur en moyenne chez la femme). Mais l’examen va surtout permettre d’étudier leur constitution avec :

  • le dosage de l’hémoglobine (Hb), substance qui se trouve à l’intérieur de l’hématie. Le Hb est constitué de fer et sert au transport de l’oxygène. Sa baisse permet d’identifier une anémie.
  • L’hématocrite (Ht) est le rapport entre le volume des hématies et du sérum (liquide) du sang. L’hématocrite diminue lorsqu’il y a une anémie par saignement.
  • Le volume globulaire moyen (VGM) indique la taille moyenne des hématies. Le VGM est diminué en cas d’anémie par saignement par exemple, et augmenté lors d’intoxications (alcool, pollution…) ou de certaines carences en vitamines (vitamine B12, acide folique).
  • La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) indique la concentration en hémoglobine présente dans le globule rouge. Elle permet de déterminer la cause des anémies.
     

Globules blancs (leucocytes)

Un nombre supérieur à la normale ou en augmentation évoquera une infection souvent bactérienne, une baisse peut orienter vers une insuffisance immunitaire ou certaines infections virales. Il existe cinq catégories de globules blancs qui jouent chacune un rôle particulier contre les infections :

  • Les polynucléaires neutrophiles représentent normalement 45 à 70 % du nombre total des leucocytes. Leur nombre augmente en cas d’infection bactérienne.
  • Les polynucléaires éosinophiles représentent 1 à 3 % des leucocytes. Leur augmentation signale souvent une parasitose ou une allergie.
  • Les polynucléaires basophiles. Ils n’ont que peu de valeur pathologique.
  • Les lymphocytes représentent de 20 à 40 % des globules blancs. Ils augmentent lors de certaines infections, troubles hormonaux et autres. Leur baisse peut révéler une cause médicamenteuse, virale ou une maladie de sang (leucémie, moelle osseuse).
  • Les monocytes représentent de 2 à 8 % des leucocytes. Ils augmentent lors de certaines maladies infectieuses, parasitaires ou inflammatoires comme les leucémies.

Plaquettes (thrombocytes)

Ils ont un rôle important dans la coagulation du sang. Une baisse des plaquettes pourrait induire un défaut de coagulation du sang. Les modifications de leur taux, en plus ou en moins, se rencontrent lors de certains traitements ou de certaines maladies malignes.

Ce qu’il faut lire

Sur une NFS, un médecin va d’abord regarder le nombre des trois principaux éléments du sang :

  • les globules rouges dont une baisse signalerait une anémie,
  • les globules blancs pour vérifier qu’il n’y a pas de signe pouvant évoquer une infection ou une allergie,
  • les plaquettes dont la baisse pourrait induire des troubles de la coagulation du sang.

Puis il affinera son analyse dans un deuxième temps. Il étudiera :

  • le taux d’hémoglobine surtout, puis le VGM pour recherche une anémie masquée ou une intoxication,
  • ensuite, les pourcentages anormaux des différents globules qui orienteront, selon les cas, vers telle ou telle pathologie infectieuse d’abord, mais aussi maladie de sang (leucémie, trouble de la moelle osseuse).

Ces résultats ne sont bien sûr que des indicateurs et doivent toujours être interprétés selon le contexte clinique de la personne.

Attention, les normales indiquées sur les papiers d’analyse ne sont valables que pour les adultes. Car ces valeurs sont différentes chez les enfants et varient avec l’âge.