Eau secours !

Au XXe siècle, on s’est beaucoup battu dans le monde pour contrôler les ressources pétrolières ; au XXIe siècle, c’est pour les ressources en eau que l’on se battra. Voilà déjà plusieurs années que l’alerte a été lancée : nous allons bientôt manquer d’eau !


Jusqu’ici, personne ne s’est ému de cette situation, considérée comme un scénario de science-fiction, mais il devient désormais évident que nous aurons à faire face à ce problème dans une trentaine d’années.

Les spécialistes sont désormais tous d’accord pour dire que la planète ne manquera pas d’eau en quantité, mais qu’elle sera répartie différemment : il y aura toujours autant d’eau dans les océans et il y aura de plus en plus d’inondations si les glaces continuent à fondre au rythme actuel, mais il y aura de moins en moins d’eau potable et d’eau disponible pour les cultures.
 
L’eau est l’élément essentiel de la vie, après l’air. Dans notre organisme, elle assure la circulation, favorise l’influx nerveux, maintient la plasticité qui permet la fonction des organes… Surtout elle purifie notre organisme et le régénère. Nous avons ainsi besoin d’une eau la plus pure possible et qu’elle soit – n’en déplaise à ceux qui n’y croient pas – de qualité magnétique.
 
Plus nous polluons notre environnement en rejetant des déchets pétrochimiques, des métaux lourds et des déchets nucléaires, moins nous avons d’eau pure disponible pour la vie sur Terre. Comprend-on que l’eau polluée ne sera plus jamais la même ? Bien sûr, elle redevient pure lorsqu’elle s’évapore et suit le processus naturel de distillation, mais encore faut-il qu’en retombant sur terre et dans les sols pour nourrir les végétaux et les animaux, elle ne soit pas à nouveau contaminée par cette pollution qui existe à présent partout dans l’air et dans le sol. C’est un cercle vicieux diabolique.
 
On est loin de connaître toutes les caractéristiques de la molécule d’eau. Nul ne peut dire si elle n’est pas porteuse d’une sorte de mémoire comme l’ont envisagé certains. Dès lors, que deviennent ces molécules d’eau ayant reçu l’empreinte du pétrole et des molécules issues de la synthèse pétrochimique ? Peuvent-elles être lavées de cette souillure ? Est-on certain qu’il ne reste pas quelque chose de ce contact avec les polluants ?
 
Nos cellules, comme notre peau, reçoivent leur hydratation par des micropores. Que se passe-t-il lorsque ces derniers sont en quelque sorte obstrués par la pollution ? On peut se laver le corps et déboucher ainsi les pores de la peau qui servent à respirer, mais comment laver les microporines des membranes cellulaires ?
C’est ce manque d’une eau de qualité qui va bientôt poser le plus de problème. Et cela tout simplement en raison de ces molécules inventées pour tuer la vie – appelées de manière scandaleuse « phytosanitaires » pour masquer leur effet destructeur – qui contaminent toute l’eau terrestre. Ces  substances ne font pas que tuer les abeilles… elles tuent l’humanité à petit feu.