• gemmotherapie-bourgeon-de-cassis-soignez-vous.com

Les macérats-mères de bourgeons : la gemmothérapie à la puissance dix

Les produits de la gemmothérapie que l’on peut se procurer en pharmacie sous la forme de macérats-glycérinés ne respectent plus, depuis longtemps, la méthode de fabrication mise au point par Pol Henry, le fondateur de la gemmothérapie. Grâce à l’initiative de plusieurs phytothérapeutes de renom, on peut maintenant se procurer les macérats-mère originaux. À mi-chemin entre la phytothérapie et les élixirs floraux, ils sont la quintessence de la gemmothérapie et offrent une efficacité décuplée en médecine naturelle.


La gemmothérapie ou embryophytothérapie, créée en 1959, par le Dr Pol Henry de Bruxelles est basée sur l’utilisation des tissus embryonnaires des arbres ou des plantes. Le bourgeon en est l’élément essentiel, ainsi que les tissus embryologiques, comme les jeunes pousses, les radicelles…

Pourquoi le bourgeon ?

Plusieurs explications se complètent.

  • La première se fonde strictement sur des données biochimiques.

C’est en effet dans le bourgeon que l’on trouve la principale réserve des méristèmes des végétaux. Ces méristèmes sont des groupes de cellules embryonnaires indifférenciées du végétal. In vitro, une seule de ces cellules embryonnaires peut reconstituer le végétal dans sa totalité. Chacune d’entre-elles contient une grande quantité d’acides nucléiques (information génétique) et renferme également des minéraux, oligo-éléments, vitamines, enzymes, facteurs de croissance divers (auxines) et gibbérilines, hormones qui disparaissent dès la formation de la chlorophylle.
L’extraction de l’énergie contenue dans les tissus embryonnaires apporte les informations génétiques ainsi que les propriétés potentielles des différentes parties du végétal (fruit, feuille, fleur, tige, écorce, racine, graine, sève…).

  • L’autre explication est d’ordre énergétique.

Parce qu’il est situé sur la branche de l’arbre, le bourgeon subit les influences à la fois :
telluriques, en tant qu’émanation du tronc, sorte de cristallisation végétale du sol sous l’influence des éléments Terre (les minéraux, les gemmes) et Eau (la sève : le sang de l’arbre ou de la plante) ;
– et cosmiques, en tant que précurseur de la feuille ou de la fleur sous l’influence des éléments Air (la feuille) et Feu (la fleur).
Cette position « carrefour » Terre-Ciel est l’axe de compréhension de son action sur l’homme, lui-même trait d’union entre le ciel et la terre (selon la médecine chinoise).
Ainsi, l’action spécifique de chaque extrait s’explique à la fois par la symbolique de l’arbre ou de la plante auquel il appartient, par les composants biochimiques qu’il contient et par l’action phytothérapique ancestrale qui l’a fait connaître.

La méthode originale du Dr Pol Henry

La méthode d’extraction de l’énergie contenue dans les bourgeons, mise au point par le Dr Pol Henry dans les années 60, est en fait très différente de celle employée aujourd’hui par les laboratoires pharmaceutiques qui fournissent ce type de produits.

  1. Elle utilise d’abord des tissus embryonnaires végétaux sauvages fraîchement cueillis : jeunes pousses, bourgeons ou radicelles. Pas de température élevée d’extraction qui tue la plante, pas de congélation qui modifie la structure cellulaire de la plante, pas de broyage qui casse les fibres et les cellules.
  2. Les préparations sont ensuite réalisées par macération dans un mélange eau-alcool-glycérine (contre alcool et glycérine dans les produits vendus en pharmacie) pour obtenir un extrait que l’on appelle « macérat concentré » (sans dilution). Chacun de ces solvants a un pouvoir d’extraction différent :

– l’alcool permet d’extraire les principes actifs tels que les alcaloïdes et hétérosides, les glycosides et quelques acides.

– la glycérine extrait les autres principes actifs : les phénols, les huiles essentielles et les flavonoïdes, ainsi que certains acides. Cette synergie participe à l’extraction et à la transmission de l’énergie des tissus embryonnaires.

– l’eau récupère les dérivés hydrosolubles, les tanins, les sels minéraux, les flavonoïdes, les vitamines hydrosolubles et quelques acides,

Les macérats-mères de bourgeons obtenus par cette méthode ont ainsi une concentration 10 fois plus importante que les remèdes gemmothérapiques classiques. Ainsi 7 gouttes de macérat-mère de bourgeons 3 fois par jour équivaut à 70 gouttes 3 fois par jour de gemmothérapie classique.
Enfin, le titre alcoolique des macérats-mères est très bas ce qui permet de les administrer aux enfants en bas âge.

Les dix souches les plus importantes

Ces dix souches de gemmothérapie se détachent par leur importance thérapeutique. Il existe dix-neuf autres macérats-mères « simples » complémentaires de ceux que nous citons ici :

  • L’aubépine

Ses bourgeons possèdent deux principales polarités : le système nerveux (sédatif, anxiolytique et hypnotique) et le système cardio-vasculaire (arythmie, insuffisance cardiaque et sclérose artérielle).

  • Le bouleau

Les bourgeons du bouleau reprennent les principales caractéristiques des autres parties de l’arbre utilisé, comme la sève de bouleau, l’écorce interne, les radicelles et les semences.
Outre son action stimulante de la fonction rénale et éliminatrice de l’acide urique, il agit sur tout le système articulaire, les retards de croissance et protège la sphère hépato-splénique. Il est le macérat-mère du terrain acide.

  • Le cassis

« Le bourgeon pour les hommes ». Il revitalise l’organisme, potentialise les remèdes associés, stimule l’axe hypophyso-cortico-surrénal. Il est anti-allergique, protecteur articulaire et rénal et stimulant immunitaire. Réparateur de l’antibiothérapie et de la chimiothérapie.

  • Le cornouillier sanguin

Il protège tout le système vasculaire de l’inflammation à la sclérose (infarctus, artérite et thrombose) aussi bien au niveau du cœur (insuffisance cardiaque) que des artères périphériques ou de la micro-circulation.

  • Le framboisier

C’est le bourgeon hormonal féminin. Il est utile dans les hémorragies utérines, les douleurs de règles, et les spasmes. Il équilibre les troubles neuro-végétatifs.

  • Le genévrier

Son bourgeon a trois axes thérapeutiques principaux : le foie : protecteur de la cellule hépatique, détoxiquant et anti-poison (chimiothérapie) ; le sang : détoxiquant vasculaire général ; le rein : draineur oxalo-calci-uricémique.

  • Le noisetier

Sa tendance à la sclérose est caractéristique. Les bourgeons protègent la micro-circulation, l’artérite, l’anémie, la sclérose pulmonaire, la tendance aux œdèmes variqueux et les fonctions anti-lipidiques du foie.

Ses bourgeons sont les gardiens de l’immunité, de l’identité et des barrières de l’individu. Action sur l’allergie respiratoire, les séreuses articulaires et le rhumatisme inflammatoire. Il agit sur les intestins comme régénérateur de la flore intestinale.

  • Le romarin

C’est le grand bourgeon du foie. Anti-toxique cholagogue, il draine les lithiases et régule la glycémie. Anti-oxydant, il élimine les déchets liposolubles : les colles et les œdèmes. Enfin, c’est le bourgeon du bien-être.

  • La vigne

Ses bourgeons sont les grands remèdes de l’inflammation articulaire aiguë et de l’inflammation chronique sur la peau, le côlon et le système veineux. Ils semblent aussi avoir une action sur le système immunitaire et sur les maladies auto-immunes.

 

Adresse:

• Pour vous procurer les principaux remèdes de la gemmothérapie cliquez ici

 

Nous vous recommandons de vous faire accompagner par un thérapeute pour vérifier que ce complément est compatible avec votre état de santé ou avec vos traitements en cours.

Et quel que soit votre état de santé, les conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliuqez sur un des liens ci-dessous.