L’hypertrophie bénigne de la prostate

La prostate a tendance à gonfler avec l’âge. Ce phénomène naturel et bénin touche 90% des octogénaires et impacte plus ou moins fortement le bon fonctionnement urinaire et la qualité de vie des personnes. Des nutriments existent pour soulager ces symptômes.


L’hypertrophie bénigne de la prostate

 

La prostate a tendance à gonfler avec l’âge. Ce phénomène naturel et bénin touche 90% des octogénaires et impacte plus ou moins fortement le bon fonctionnement urinaire et la qualité de vie des personnes.

Des nutriments existent pour soulager ces symptômes.

 

De par sa position, une prostate volumineuse peut à la fois faire pression sur la vessie et comprimer l’urètre, le canal qui permet l’évacuation de l’urine et du sperme.

Cette gêne mécanique se traduit par différents troubles :

-       Envies fréquentes ou irrépressibles d’uriner

-       Débit urinaire ralenti

-       Jets intermittents

-       Fuites post-mictionnelles

-       Mictions douloureuses ou difficiles

-       Vidange incomplète de la vessie

Les causes de cette croissance naturelle et progressive de cet organe sont mal connues et surtout multifactorielles : prédisposition héréditaire, influences hormonales (testostérone et œstrogènes), avancée en âge…

 

Plusieurs végétaux ont montré leur efficacité à soulager les troubles liées au gonflement de la prostate :

 

1) Le fruit du palmier nain de Floride (Serenoa repens) était traditionnellement utilisé par les indiens pour traiter les affections des muqueuses et les divers troubles urinaires masculins.

C’est l’extrait huileux de palmier nain, riche en acides gras lipidostéroliques dont le ß-sitostérol, qui agit efficacement sur les mécanismes clés du gonflement de la prostate (réponse aux facteurs de croissance, tissus gonflés et inflammés…).

Faites attention aux profils des extraits huileux de palmier présents sur le marché qui varient selon le procédé d’extraction utilisé. Choisissez un extrait standardisé, qualitativement et quantitativement plus intéressant, et riche en actifs de haut poids moléculaire.

 

2) Les pépins de courge (Cucurbita pepo) sont utilisés depuis très longtemps pour leur action bénéfique sur le système urinaire ainsi que pour réguler les problèmes de vessie hyperactive.

Là encore, c’est l’extrait huileux, caractérisé par son contenu en stérols, en vitamine E naturelle, en caroténoïdes, en terpènes et autres insaponifiables, qui s’avère être le plus intéressant en matière d’activité.

Préférez les extraits obtenus par des procédés sans solvant organique, et réalisés à partir de variétés de courge sélectionnées pour leur richesse en composés actifs.

 

3) La racine de scutellaire du lac Baïkal (Scutellaria baicalensis) est particulièrement intéressante, de par sa richesse en flavonoïdes dont la baïcaline. Ce composé polyphénolique spécifique de la scutellaire présente des caractéristiques antioxydantes et a des propriétés régulatrices notamment au niveau du contrôle de l’inflammation et de la prolifération des cellules prostatiques.

Pour un maximum d’efficacité, privilégiez les extraits contenant au moins 30% de baïcaline.

 

 

Il existe des compléments alimentaires qui rassemblent le meilleur de ces extraits végétaux, pour une action synergique sur les troubles liés à l’hypertrophie de la prostate.

 

Plus d’informations ici

 


Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.