• Que faire en cas d'attaque cardiaque

Urgences cardio-vasculaires : les gestes qui sauvent

Que faire en cas de crise cardiaque ? Vous êtes seul – ou sans aide valable. Vous ressentez une vive douleur à la poitrine qui commence­ à irradier au bras et à la mâchoire. Ou bien votre cœur commence à battre anormalement et vous vous sentez faible. Que faire ?


Sachez que vous pouvez vous secourir sans rien, simplement en toussant vigoureusement. La toux doit être bien profonde et prolongée, comme lorsque nous expulsons des sécrétions provenant du fond de la poitrine.

Faire suivre d’une inspiration profonde et recommencer. Les respirations profondes suivies de toux profondes et prolongées, doivent être répétées sans arrêt environ toutes les 2 secondes jusqu’à l’arrivée des secours ou jusqu’à ce que les battements de cœur redeviennent normaux.

Les inspirations profondes apportent de l’oxygène aux poumons et le fait de tousser masse le cœur et active la circulation sanguine, ce qui l’aide à reprendre un rythme normal. Ainsi soulagées, les victimes de crise cardiaque peuvent se rendre à l’hôpital.
(Tiré d’un communiqué émis par les soins de santé de l’hôpital général Rochester, intitulé : « Et les battements reprennent », dans la publication Mended Heart inc., heart response).

Que faire en cas de poussée d’hypertension ?

Rappelons que la tension présente 2 chiffres :

  • Le chiffre haut qui est la pression sanguine en systole cardiaque (contraction). Elle est standard entre 12 et 14.
  • Le chiffre bas qui est la pression sanguine résiduelle en diastole (repos cardiaque). Elle doit être de la moitié plus 1 par rapport à la pression haute. Ex. : 14 : 2 + 1 = 8

C’est souvent le chiffre bas qui commande la montée du chiffre haut. Quand le chiffre bas dépasse 11, cela fatigue le cœur et peut créer des extrasystoles. On ressent souvent des coups de bélier dans le corps.
Quand le chiffre haut dépasse 20, il y a un risque de rupture artérielle dans les endroits fragiles (cerveau). Mais ce risque ne vaut que s’il existe des anévrismes (hernie artérielle).
Ainsi, il peut arriver que l’on fasse des poussées de 20/12 ou 22/13 ou même 26/15, sans qu’il ne se passe rien de fâcheux, si ce n’est la fameuse angoisse précordiale, sentiment d’insécurité que connaissent bien tous ceux qui sont atteints de ce dysfonctionnement nerveux. Il n’est donc pas recommandé de rester comme cela trop longtemps.

Le remède :

Il est facile et très efficace : il faut immédiatement se tremper les pieds dans une bassine d’eau la plus chaude possible avec du gros sel (1 grosse poignée). Cela, on le savait déjà plus ou moins. Mais la nouveauté, c’est de placer des glaçons sous plastique (ou vessie) avec une épaisseur de torchon interposée sur la partie du crâne au-dessus de l’oreille droite.

La partie du cerveau au-dessus de l’oreille droite est une zone de commande réflexe de régulation de la pression sanguine et du rythme cardiaque.

À noter que le signe de la décrue tensionnelle se manifeste souvent par une série de bâillements rapprochés.

Nota : Ces informations, d’une extrême importance sont à faire passer autour de vous. Elles peuvent sauver des vies.