Passez la nicotine à tabac

Il n’y a pas de grandes occasions pour se libérer d’une addiction en général, et à la nicotine en particulier. Chacun s’accorde pour affirmer que l’arrêt du tabac est une priorité absolue. Mais accabler les accrocs à la cigarette en leur disant qu’ils n’ont qu’à arrêter ne sert à rien. Soyons directs, voire choquants : si les fumeurs fument, c’est que c’est bon. Non seulement parce qu’une fois l’addiction installée via le système cholinergique, la nicotine provoque un réel plaisir en répondant à l’état de stress, mais aussi parce qu’elle stimule la dopamine et facilite la stimulation électrique du cerveau. Par extension, fumer aide à la concentration, et l’on constate une moindre fréquence de la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer chez les fumeurs. Anxiolytique, relaxant, coupe-faim, elle augmente aussi le métabolisme de base (MB).  


 Bien sûr, la liste des effets délétères de la combustion inhalée et de la nicotine est longue comme un dimanche de pluie, et les scientifiques n’ont pas fini d’en découvrir de nouveaux. Mais dire que le tabac est mauvais pour la santé n’a pas beaucoup d’impact sur le fumeur, pour qui accoutumance et addiction ne sont pas de vains mots. Peut-être pourrions-nous rappeler à ceux qui bouclent leur budget vacances qu’une personne fumant un paquet par jour à environ 7 € débourse 196 € par mois, soit 2 352 € dans l’année… Ça laisse toujours songeur les fumeurs qui se désespèrent de voir un beau voyage partir en fumée et qui voient dans la danse des volutes un bras d’honneur de leur addiction.
 
Dans les très nombreuses stratégies naturelles existantes, voici ce que nous pouvons vous conseiller
 

Le kudzu (Pueraria lobata) possède des propriétés relaxantes et décontractantes bien particulières, il agit sur le stress induit lors d'une sensation de manque. Il favorise ainsi la  désaccoutumance au tabac, mais aussi à l'alcool. Bon régulateur du transit, il équilibre aussi la  flore intestinale et participe efficacement à l'élimination des toxines .

Egalement riche en phyto-estrogènes, c’est un régulateur hormonal similaire au soja face aux troubles de la ménopause.

Posologie : 2 à 3 gélules par jour et jusqu’à 12 en cas de nervosité lié au manque.

Faites réunir également par votre herboriste les plantes suivantes à parts égales : chardon-marie (graine), aspérule, anis vert, aubépine, aunée, astragale, réglisse, plantain, sauge, myrtille (feuille), framboisier. Ce complexe de plantes entraîne un drainage du corps par une action douce sur le foie, et un effet fortifiant sur les reins. Ce complexe de phytothérapie anti-tabac optimise aussi les effets antistress du kudzu.