• osteoporose-soignez-vous.com

Ostéoporose : cibler son traitement en fonction de l’âge

L’ostéoporose n’est autre qu’une dégénérescence du système osseux dont la fragilisation entraîne de multiples fractures. Il existe aujourd’hui des produits naturels à la pointe de la recherche scientifique qui prennent en compte les différentes causes de l’ostéoporose selon l’âge.  


L’ostéoporose se caractérise par une fragilité excessive du squelette due à une diminution de la densité osseuse, principalement par man­que de calcium, mais aussi de potassium, de phosphore et d’autres micronutriments. Sa gravité varie selon le capital génétique du sujet et son hygiène de vie. Dans tous les cas, les femmes sont davantage touchées que les hommes en raison de la ménopause. Le tabac, l’alcool, une alimentation pauvre en calcium et le manque d’exercice aggravent la situation. Cette fragilisation entraîne un risque de fractures, notamment du col du fémur, de la hanche, des poignets ou de la colonne vertébrale.
 

Deux types d’os

 
Le squelette est composé de deux types d’os, le trabéculaire et le cortical.
  • L’os trabéculaire, ou os spongieux, occupe l’intérieur des vertèbres, du bassin, des os plats et des extrémités des os longs. Il ne constitue que 20 % du squelette mais sa grande surface de contact le rend sensible aux variations de l’organisme.
  • L’os cortical, ou os compact, compose tout le reste du squelette.
Le vieillissement entraîne chez la femme une réduction de 35 % de la masse osseuse corticale et de 50 % de la masse osseuse trabéculaire, et respectivement de 25 % et de 35 % chez l’homme.
 
Il existe plusieurs formes d’ostéoporose. Celle de type I ne concerne que les femmes entre 50 et 70 ans, tandis que celle de type II s’attaque aux deux sexes dès 70 ans.
 

Deux formes d’ostéoporose

  • L’ostéoporose de type I, appelée postménopausique trabéculaire, est la conséquence de la ménopause. La diminution d’œstrogènes – les hormones sexuelles – entraîne une modification des échanges métaboliques au niveau des os trabéculaires qui, au bout d’une dizaine d’années, provoque une réduction de leur masse osseuse et entraîne des fractures, notamment du poignet.
  • L’ostéoporose de type II, dite sénile, correspond à une diminution générale de la formation osseuse à l’origine de fractures de la hanche et de tassements des vertèbres.

Un protocole de traitement de l'ostéoporose

 
Le but général d'un traitement sera de reminéraliser tout l’organisme grâce à des plantes très riches en calcium et en silice, comme le bambou ou la prêle des champs. Cette dernière est également une bonne source de potassium qui permet de maintenir l’équilibre acido-basique et de retenir ainsi le calcium dans les os.
 
Le traitement comprendra également de la vitamine D, indispensable à la bonne régulation du calcium dans le sang pour améliorer son absorption.
 
Il est également recommandé de prendre de la vitamine K2 qui agit comme un régulateur du calcium dans les tissus, favorisant d'un côté la fixation du calcium dans la matrice même des os, et nettoyant de l'autre tous les dépôts inutiles.
 
En plus de la reminéralisation générale, les femmes qui souffrent d'ostéoporose devront tout particulièrement pallier les problèmes hormonaux. Pour cela, le soja et le houblon sont deux plantes très précieuses car elles contiennent des phyto-­œstrogènes qui atténuent la chute hormonale de la ménopause (ce type d’hormones est toutefois déconseillé en cas de cancer du sein). Il est recommandé de prendre également du phosphore sous forme d’oligoéléments (extrait de fruits secs) qui permet de stimuler les ostéoblastes. Ces dernières sont les cellules qui construisent l’os. Les ostéoblastes possèdent non seulement une action minéralisante mais secrètent également du collagène, tout en permettant la fixation du calcium.
 
Enfin, il faut s'attaquer à la carence en micronutriments à l’origine de l’ostéoporose de type II. Un apport en vitamines et sels minéraux, grâce à la coquille d’huître (calcium, zinc, magnesium…) et la grande ortie (calcium, potassium, silice, vitamines A et C), va permettre de stabiliser la perte osseuse.