La prêle, reine des médecines naturelles

On ne parlera jamais assez de cette plante merveilleuse pourvoyeuse de silice végétabilisée (80 % dans ses cendres), nommée aussi queue de cheval ou de renard ou encore herbe à récurer. Son goût âpre l’a fait appeler asper en latin, puis asperella, devint asprèle puis prêle.

C’est probablement un des plus puissants reminéralisants naturels connus – en particulier pour les personnes qui ne fixent pas le calcium ou qui sont atteintes d’arthrose.

En usage interne

  1. Faire tremper 40 à 50 g de barbillons dans 1 litre d’eau froide pendant 8 h ou 1 nuit.
  2. Bouillir 20 à 25 min.
  3. Laisser infuser 10 min.
  4. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant 3 semaines.

On l’utilise avec bonheur dans tous les cas suivants :

  • problèmes urinaires (gravelle, calculs, cystite…)
  • albuminurie
  • rhumatismes, goutte
  • affections de la peau (eczéma, acné, dartres, prurit)
  • rétention d’eau, œdème
  • cicatrisant interne (hémoptysie, ménorragie)
  • inflammation des muqueuses (estomac, intestin, ulcère gastrique, diarrhée)
  • ongles cassants, taches blanches.

En usage externe

Galien la disait « singulière à souder les plaies pour grandes qu’elles soient ».
Concentrer la décoction en laissant réduire à l’ébullition de moitié.

On l’utilise dans les cas suivants, en compresses :

  • dartres, eczéma, prurit
  • ulcère variqueux
  • plaies qui ne cicatrisent pas
  • hémorroïdes saignantes.

Nota : La prêle vendue en gélules, en raison des quantités infimes mises en jeu et le manque de bio disponibilité de cette forme galénique, n’a que peu d’effets thérapeutiques.
Par ailleurs, la prêle sous la forme d’Equisetum en Teinture-mère m’a très souvent déçu quant à son efficacité.
Il faut donc admettre que, si l’on veut obtenir l’efficacité souhaitée, il convient d’adopter la voie la moins facile, c’est-à-dire acheter la prêle en herboristerie ou en pharmacie, ou bien la cueillir en juillet-août.
À savoir que la prêle ne se garde pas bien une fois en décoction. Elle fermente et prend un aspect sirupeux avec un goût de levure. Elle n’est alors plus bonne. Pour éviter cela, il faut la garder au réfrigérateur.

Cas particulier de l’énurésie

On utilise alors la prêle en association avec d’autres plantes.
Pour 1 litre d’eau, ajouter :

  • 1 cuil. à soupe de prêle en poudre
  • 1 cuil. à soupe de millepertuis
  • 1 cuil. à café de poudre d’écorce de chêne
  • 1 cuil. à café de poudre de rhizome de tormentille.
  1. Faire bouillir 15 min.
  2. Boire 2 tasses par jour (le matin de préférence).

 

 

Également disponible en oligoélément

La Vie Naturelle

65 rue Claude Bernard

75005 Paris

Tél. : 0 800 404 600

Site : www.la-vie-naturelle.com