• extrait-de-feuille-d-olivier-soignez-vous.com

L’extrait de feuilles d’olivier au secours des défenses naturelles

L'extrait de feuilles d'olivier est une sorte de remède à tout faire tant son champ d'action est large. Microbes, champignons, lichens et parasites ne résistent pas à son principe actif le plus puissant l'oleuropéine. Mais il est également efficace pour renforcer le système veineux et artériel ce qui le place parmi les meilleurs traitements naturels contre l'hypertension, l'insuffisance veineuse et l'hypercholestérolémie.


En 1969, des chercheurs médicaux de la Société Upjohn ont isolé un composant actif de la feuille d’olivier – l’élénolate de calcium – capable de détruire les microbes pathogènes.
Les propriétés de l’élénolate de calcium encouragèrent tant les chercheurs d’Upjohn, qu’ils investirent beaucoup de temps et d’argent pour tenter de synthétiser et de breveter « l’antibiotique miracle ». Mais ils firent face à un problème insoluble : bien que l’élénolate de calcium soit doté d’effets thérapeutiques inégalés in vitro, ils découvrirent que la durée d’action in vivo n’était que de quelques minutes. Ils déterminèrent que l’élénolate de calcium, en se combinant aux protéines du système sanguin, était alors désactivé. Après trois années d’essais infructueux, Upjohn abandonna le projet.

Les deux formes de l’élénolate de calcium

Il y a quelques années, le Dr Robert Lyons de East Park Research, fit une découverte ouvrant la voie de l’utilisation d’extrait naturel de feuilles d’olivier.
Des études plus approfondies ont établi que la feuille d’olivier produit deux formes d’élénolate de calcium. Les biochimistes nomment ces deux formes « isomères stéréos ». La manière la plus simple de comprendre ces isomères stéréos est d’observer les mains humaines. Chaque main possède quatre doigts et un pouce. Les deux mains sont similaires sauf dans la disposition des doigts et des pouces. De la même manière, les deux isomères stéréos d’élénolate de calcium possèdent les mêmes composants chimiques, mais sont similaires comme l’une des mains qui est une image miroir de l’autre.

L’élénolate de calcium lévogyre se combine avec les acides aminés lévogyres des protéines du sang. Hélas, en raison de sa configuration, l’élénolate de calcium dextrogyre ne peut se combiner aux acides aminés de gauche des protéines du sang.

Découverte finale

Ces recherches biochimiques servant de point de départ, le Dr Lyons et son équipe ont cherché le moyen de développer un extrait de feuilles d’olivier qui soit actif dans le corps humain plus de quelques minutes. Il aura fallu plus de trois années pour élucider ce mystère.
Le produit isolé s’appelle l’oleuropéine. Mais attention : sa concentration ne doit pas aller en dessous de 20 % pour être réellement efficace.

La restauration immunitaire

L’extrait de feuilles d’olivier contient également des flavonoïdes, des esters et de nombreux iridoïdes, formant ainsi une structure moléculaire complexe. Il apparaît que des micro-organismes nuisibles ne peuvent pas développer facilement une résistance face à la structure complexe de l’extrait.

En interférant dans le processus des acides aminés des agents pathogènes, l’extrait de feuilles d’olivier l’empêche de se reproduire et de générer des microbes supplémentaires dans l’organisme.

De plus, des études suggèrent que l’élénolate de calcium peut pénétrer les cellules malades du corps et freiner la reproduction des cellules porteuses d’un virus.

En effet, la diffusion est le mode de reproduction des virus. L’élénolate de calcium dextrogyre se fixe sur la membrane des cellules arrêtant ainsi la multiplication et la propagation des virus. Dans le cas des retro-virus, l’élénolate de calcium dextrogyre neutralise la fabrication des transcriptases et de protéases inverses. Ces enzymes sont essentielles aux retro-virus pour endommager une cellule d’ARN saine. Sans ces enzymes, le retro-virus est rendu impuissant.

Bon pour le cœur et le système cardio-vasculaire

Les associés de l’Université de Milan de Petroni et Blasevitch, F. Visioli et C. Galli, démontrèrent, dans une étude datant de 1994, que les dérivatifs de la feuille d’olivier sont d’excellents antioxydants. Ils suggèrent ainsi un nouveau lien entre le mode d’alimentation méditerranéen et la prévention de sérieux problèmes cardio-vasculaires.

V. Petkov, travaillant sur ce sujet en Europe et écrivant des articles dans des journaux spécialisés aux États-Unis, découvrit également que l’utilisation de la feuille d’olivier dans l’alimentation aide à conserver un système cardio-vasculaire sain et à réduire les problèmes de cœur.

En 1995, une importante étude réalisée à l’Institut d’Études Pharmacologiques de l’Université de Milan, souligna le lien entre la feuille d’olivier et la suppression ou le ralentissement de problèmes cardiaques.
L’extrait de feuilles d’olivier est un puissant antioxydant similaire aux flavonoïdes et proanthocyanadines.
Ce sont ces éléments eux-mêmes qui protègent le cœur et le système cardio-vasculaire des ravages des radicaux libres.

Un régulateur remarquable de la tension artérielle

L’extrait de feuilles d’olivier a été étudié pour sa capacité de normalisation de la pression artérielle. Ribeiro et Fiuza annoncèrent les résultats de leur étude dans le Journal d’Ethnopharmacologie. Ils étudièrent 32 plantes médicinales et établirent que l’olea europaea, la feuille d’olivier, avait des effets bénéfiques.

Ces découvertes ont été confirmées par A. Zarzuelo et J. Duarte, chercheurs au Département Pharmacologie de l’Université de Granada (Espagne), qui étudièrent l’extrait de feuilles d’olivier.
Une étude récente cherchant à déterminer les capacités de normalisation de la pression artérielle par la prise de feuilles d’olivier, fut entreprise en 1996 par un important groupe de chercheurs en Belgique. Cette étude porta sur 30 patients souffrant de forte pression artérielle. Après trois mois de prise d’extrait de feuilles d’olivier, les chercheurs ont constaté une baisse statistiquement notable chez tous les patients. De plus, ils ne constatèrent aucun effet secondaire lors de cette étude.

Candida albicans et mycoses

Le docteur Hazel Parcels note que 85 % des adultes vivant en Amérique du nord sont infectés de parasites. Le Dr Wina, responsable du Service de Pathobiologie de Walter Reed Army Institute of Research ajoute : « Nous sommes confrontés à un terrible problème de parasites aux États-Unis».
Les infections parasitaires constituent des épidémies non reconnues qui affectent de nombreuses personnes à travers le monde.

L’extrait de feuilles d’olivier offre une action anti-parasitaire puissante contre ces envahisseurs.
Parmi les parasites les plus communs détruits par l’extrait de feuilles d’olivier, nous trouvons les amibes, le cryptosporidia, le giardia, les toxocariens, l’enterobacter, le ténia, la teigne et le protozoaire responsable de la malaria…

Les analyses de laboratoire sont de peu d’utilité dans le diagnostic d’une situation chronique envahissante. La prolifération du candida albicans se manifeste de nombreuses façons :

Troubles pouvant être associés à une activité parasitaire type candidas :

Agitation, Anxiété, Baisse de libido, Ballonnements, Brûlures cardiaques (chroniques), Cernes, Congestion ou assèchement nasal, Constipation, Dépression, Dépression prémenstruelle, Diarrhée, Douleur ou faiblesse musculaire, Douleurs dans la poitrine, Douleurs dans le corps (sans raison apparente), Douleurs pelviennes, Éblouissements, Envie de sucre et de féculents, Fatigue, Gain de poids, Gonflements, Gorge et bouche sèches, Grosseur dans la poitrine, Hyper agressivité, Hyper-irritabilité, Hypersensibilité aux bruits, odeurs, goûts, vision, Hyposensibilité aux bruits, odeurs, goûts vision, Impotence, Incontinence, Insomnie, Irrégularités des règles, Manque de concentration, Mauvaise haleine (chronique), Maux d’estomac, Perte de poids, Pertes de mémoire, Problèmes digestifs, Problèmes psychomoteurs, Réactions allergiques, Rétention d’eau, Sensibilité aux produits chimiques, Souffle court, Stérilité, Tension, anxiété prémenstruelle, Urticaire, Vertiges.

La prédominance des candidas peut être directement reliée à la prescription très répandue des antibiotiques ainsi qu’aux aliments contenant des antibiotiques tels que les viandes, les volailles, les produits laitiers et les œufs.

L’extrait de feuilles d’olivier offre des résultats positifs contre les problèmes de levures.
On constate ce problème aggravé parmi les cancéreux, les diabétiques, les athlètes, les personnes âgées, les personnes en position debout ou bien qui portent les mêmes chaussures chaque jour ou bien encore qui se font poser des ongles artificiels. De nombreux médicaments affaiblissent les résistances et rendent les gens plus vulnérables aux infections.
L’extrait de feuilles d’olivier offre une méthode naturelle et peu onéreuse d’automédication des problèmes fongiques.

L’effet de « mort à la chaîne » – le grand ménage

L’effet de « mort à la chaîne » apparaît lorsque de nombreux organismes envahisseurs meurent. À ce moment, les microbes morts libèrent toxines et autres substances. Le corps entame un processus de débarras dès que ces corps intrus deviennent nombreux. Il y a parfois plus de cellules mortes et de toxines que les organes éliminateurs ne peuvent gérer. C’est à ce moment que l’on peut se sentir malade ou bien avoir une réaction cutanée. Ces réactions sont des signes positifs, ils prouvent que l’extrait de feuilles d’olivier est en train de se débarrasser des agents pathogènes qui sont la cause de nombreux problèmes de santé.

Les réactions communes peuvent être la fatigue, la diarrhée, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires ou bien de symptômes grippaux. Certaines personnes peuvent même déclarer des éruptions cutanées, des boutons ou autres problèmes de peau. La gravité varie d’une personne à l’autre, selon l’envergure du problème.

Comment gérer l’effet de « mort à la chaîne »

Le meilleur moyen d’optimiser le pouvoir de l’extrait de feuilles d’olivier et de limiter ses effets secondaires est de boire quatre verres d’eau entre chaque prise. L’eau aide à renforcer le système lymphatique et nettoie les reins. Au cas où des effets de détoxication importants causeraient une gêne, la première chose à faire est de boire beaucoup d’eau distillée ou filtrée par osmose.

Si les symptômes sont plus importants, il faut envisager de diminuer les doses journalières ou bien de supprimer l’usage pendant quelques jours. Le corps peut avoir besoin d’un jour ou deux, voire même d’une semaine, pour entamer le processus d’élimination des toxines produites par les microbes morts. Après cette période, il serait bon de réduire un peu la dose d’extrait de feuilles d’olivier, puis de l’augmenter progressivement.
L’effet de « mort à la chaîne » n’est que temporaire et se termine en général par un sentiment de bien-être accru.

Énergie accrue

L’extrait de feuilles d’olivier augmente l’énergie vitale chez la plupart des utilisateurs. Il n’est pas du tout inhabituel d’entendre des gens dire qu’ils n’ont pas ressenti autant d’énergie depuis longtemps. Lors de tests cliniques faits par un médecin en Californie du sud, les patients relatèrent que l’extrait de feuilles d’olivier avait résolu tous leurs problèmes de fatigue et d’épuisement. Nombreux sont ceux qui décidèrent de poursuivre la prise d’extrait après avoir obtenu la guérison. Des personnes en bonne santé qui en prennent remarquent également cette augmentation d’énergie.

Autres applications de l’extrait de feuilles d’olivier

De nombreuses études (29 références à disposition) ont montré que l’extrait D-lénolate (Oleuro-peine) était efficace dans les cas suivants :

  • Fatigue chronique (virus Epstein Barr dont on estime 1/5 de la population occidentale atteinte),
  • Fibromyalgie,
  • Inflammations articulaires,
  • Affections hivernales,
  • Affections tropicales (paludisme).

Les tisanes de feuilles d’olivier dans l’histoire

Depuis toujours, une tisane réalisée à base de feuilles d’olivier a été une boisson populaire pour combattre les fièvres.

Au début de notre siècle, les composants amers furent isolés de la feuille d’olivier. Il a été démontré que les agents phyto-chimiques amers contenus dans l’arbre et dans ses feuilles offrent à l’olivier une vaste panoplie de propriétés résistantes aux maladies.

  • Nota : Certains phytothérapeutes avisés, tels Alain Bourgeais, ancien directeur du Laboratoire Saint-Benoit, recommandent d’utiliser les feuilles des repousses au pied des oliviers, celles-ci étant beaucoup plus actives.
  • Recommandations d’utilisation de l’extrait D-lénolate de « East Park »
    Pour un bon entretien du système immunitaire et une bonne santé, il est recommandé de prendre une gélule de 500 mg, une à deux fois par jour. En cas de faiblesse ou d’immunité menacée, les doses peuvent être augmentées à 3 gélules par jour.

Des recherches montrent que des surdosages ne sont pas toxiques et ne présentent aucun effet secondaire. Pendant les essais réalisés en 1993 sur la forme liquide du produit contre le virus de l’herpès, aucun effet secondaire n’a été observé.

Vous pouvez également vous procurer de l'extrait de feuilles d'olivier en gélules. Pour le choisir, vérifiez son titrage en oleuropéine (au moins 10%) et son origine naturelle (sans pesticides ou additifs). Vous en trouverez ici

Quel que soit votre état de santé, ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com ou renseignez-vous auprès des écoles de formation à la naturopathie de votre région. Vous en trouverez la liste sur devenir-therapeute.fr.

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.