• purifiaction-printemps-soignez-vous.com

Se purifier au début du printemps

 

Lorsque le printemps s’annonce, une cure de détoxification est recommandé. Il faut procéder à un grand nettoyage de l’organisme qui s’est encrassé en raison d’une alimentation trop riche et du manque d’exercice. Ne commencez pas trop tôt, cela ne servirait à rien. Et ne confondez pas ce nettoyage avec une cure d’amaigrissement. Cela n’a rien à voir !
 
Les signes du trop-plein de toxines
 
Face à l’encrassement du corps par les toxines, le corps réagit. Il brûle les déchets par la fièvre ou cherche à les éliminer par les émonctoires, foie, reins, intestins…
 
Le rejet des déchets s’opère aussi par la peau sous forme d’acné, d’eczéma ; par les voies respiratoires ce qui provoque bronchites, rhumes ou sinusites ; par les voies urinaires en polyurie, urine acide, sable ; par les voies digestives sous forme de vomissements, de diarrhées ; et par la production de gaz (aérophagie, ballonnements).
Les problèmes plus importants apparaissent lorsque ces portes de sortie naturelles ne sont pas suffisantes. Alors le corps en crée de nouvelles, comme les ulcères variqueux, les plaies suintantes qui ne cicatrisent pas, les hémorragies spontanées (hémorroïdes, saignements du nez, règles trop abondantes…). Chez les rhumatisants, les articulations se déforment par la présence de « cristaux ».
Il ne nous reste plus qu’à prendre exemple sur les animaux (le chat et le chien se purgent régulièrement en mâchant du grammont ou du chiendent), pour vider, nous aussi, notre trop-plein métabolique.
 
 
Drainez les émonctoires à tour de rôle
 
Dépurer les cinq émonctoires en un seul et même traitement peut être dangereux. Il est préférable de les stimuler dans l’ordre de leur importance : le foie, les intestins, les reins, les poumons et enfin la peau. La durée de la cure et la progression des quantités absorbées sont à observer avec prudence surtout si la personne qui pratique les drainages est très intoxiquée (personne surmédicamentée, grande mangeuse de viande…) ou que ses forces sont restreintes (personne âgée, grand malade). C’est une fois les émonctoires rééduqués, que les cures peuvent porter sur tous les émonctoires en même temps. Nous vous recommandons alors de choisir des tisanes comprenant plusieurs ingrédients afin d’en optimiser l’effet, et d’agir à la fois sur les différents émonctoires. Il est également préférable d’y mélanger des plantes relaxantes qui aideront à opérer un drainage en douceur. Il existe par exemple des tisanes déjà préparées que l’on peut trouver en boutique bio comportant du chiendent, de l’anis vert, de la fleur de sureau, fleur d’aubépine, de la mélisse, du romarin et de l’olivier. Du tout en un ! N'oubliez pas non plus la seve de bouleau qui a des vertus détoxinantes et reminéralisantes
 
 
Choix alimentaires : Le régime de printemps
 
Remplacez une partie des protéines animales, mais aussi des produits laitiers, par des sources végétales plus digestes et bien moins productrices d’acides. La plupart des aliments alcalinisants, dont évidemment les légumes, soulagent le travail dépuratif du foie. Carottes, haricots verts, betteraves rouges, pommes de terre, crucifères, le choix est vaste. N’oubliez pas les crudités, comme les salades saisonnières de pissenlit ou de chicorée. À̀ compléter de sources d’enzymes, comme les graines germées. Enfin, il ne faut pas non plus négliger le petit-déjeuner : l’épeautre, sous forme de flocons ou de pain complet est de loin préférable aux corn-flakes !
 
 
Dégager les voies respiratoires
 
La combinaison de plusieurs plantes choisies pour un effet fortifiant des voies respiratoires, de l’arbre bronchique, des sinus et des voies nasales peut également être recommandée. Le mélange parfait comprendra, à quantités égales, de l’aunée, de l’érysimum, du coquelicot, de la mauve, du lapacho, du plantain, du sureau et du thym. En tisane à raison d’une à deux tasses par jour, en cure de dix jours ou en appoint.
 
Une formule respiratoire à base d’huiles essentielles est également une alternative intéressante et parfois complémentaire. La combinaison d’huiles essentielles de cyprès, d’eucalyptus, de menthe, de niaouli, de ravintsara et de romarin à cinéole agit sur la sphère respiratoire et stimule les défenses immunitaires. Un tel complexe sera aussi un antiseptique puissant, à visée antivirale, bactérienne et microbienne.
 
Enfin, doit-on rappeler que le fait de s’aérer et de respirer à fond en forêt, en bord de mer ou en montagne est un moyen simple de nettoyer ses voies respiratoires ?
 
 
 
À découvrir :