Prévention des jambes lourdes

Nos trois conseils pour ne pas souffrir des jambes lourdes : mode de vie, alimentation, nutriments,


  • Bougez, marchez, mais ne sautez pas !

  1. La sédentarité, les postures statiques au travail, les stations debout ou assises prolongées, le port de charges lourdes, le piétinement sont autant de facteurs de risque pour avoir les jambes lourdes. Ils sont donc à éviter.
     
  2. La marche, par le massage de la voûte plantaire et les contractions musculaires des mollets et des cuisses qu’elle induit, favorise la remontée du sang dans les veines. Il est conseillé de marcher sans s’arrêter pendant 3 kilomètres ou 30 minutes par jour. C’est ainsi qu’il est bien d’aller faire ses courses ou d’aller au travail à pied, de prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, etc.
     
  3. La natation, le vélo, la gymnastique douce, le yoga, sont des sports favorables à la circulation veineuse. En revanche, les activités qui nécessitent d’effectuer fréquemment des sauts (tennis, basket, handball…) sont à éviter, parce qu’elles provoquent des variations brutales de pression dans les veines.
     
  4. La position allongée, avec les jambes surélevées, est toujours bénéfique pour les jambes lourdes. Il est possible aussi de surélever le pied du lit par exemple, ou encore le soir, en rentrant du travail, de lever les jambes en mettant les pieds en appui contre un mur…
  • Des aliments et des plantes pour les veines

Les antioxydants contenus dans les fruits et les crudités, protégeront les veines de l’attaque des radicaux libres. De plus, ils apporteront les vitamines, les oligoéléments et les minéraux nécessaires à l’entretien des parois veineuses.

Les acides gras polyinsaturés oméga 6 et 3 induisent la fabrication de prostaglandines des groupes 1 et 3, qui sont de puissants anti-inflammatoires naturels. On les retrouve dans les huiles d’olive, de noix, de colza et aussi dans les poissons gras.

Les nutriments tonifiant les parois veineuses sont la vitamine C, le zinc, le magnésium, le silicium organique et la vitamine E, essentiellement.
Quelques plantes soulageront efficacement les jambes lourdes tout en protégeant les veines : la vigne rouge, le ginkgo biloba, l’hamamélis, le fragon, les pépins de raisin… les huiles essentielles, de cyprès surtout, mais aussi de lavandin abrial et de gingembre sont très intéressantes également, à raison de 2 gouttes deux fois par jour oralement ou mieux en massages sur les jambes douloureuses.

  • Lutter contre Les facteurs de risque veineux

  1. Les traitements hormonaux (pilule, THS, THM), tout comme les dérèglements hormonaux (puberté, grossesse, ménopause, irrégularité des cycles, syndrome prémenstruel) peuvent fragiliser les parois veineuses. Dans ces situations, il conviendra d’adapter les traitements hormonaux ou la pilule contraceptive aux symptômes présentés par la personne.
     
  2. Le surpoids est toujours nocif pour les veines. Mais il le sera encore davantage s’il est apparu rapidement.
     
  3. Le tabac et l’alcool sont également deux facteurs de risque. Leur arrêt sera là encore salutaire.
     
  4. La constipation est un facteur de risque, compte tenu du fait que l’accumulation de selles dans les intestins favorise la compression veineuse au niveau abdominal, ce qui se répercute sur les veines des membres inférieurs.
     
  5. Les compressions. Tout vêtement trop serré (surtout au niveau du ventre, des aines et des genoux) risque de contrarier le retour veineux, favorisant la stase sanguine. Ce même phénomène est rencontré lorsque la personne croise les jambes en position assise.
     
  6. La chaleur favorise la dilatation veineuse. Il faudra donc éviter ou s’éloigner des sources de chaleur. La fraîcheur au contraire la soulagera.
     
  7. D’autres éléments peuvent également intervenir selon les personnes : la fatigue, les champs électromagnétiques artificiels (électricité, appareils électriques), certains médicaments (cortisone, notamment), une cambrure lombaire exagérée. Enfin, certaines maladies peuvent favoriser la pathologie veineuse : diabète, cholestérol, insuffisance thyroïdienne… alors que d’autres peuvent comprimer les veines : tumeur, ganglion, cicatrice rétractile, hématome…