• Le maitake est le roi des champignons medicinaux

Préparations, cuisine, précautions, conservation des champignons

Les vertus des champignons ne sont plus à démontrer. Voici des conseils pratiques et utiles pour préparer, cuisiner et utiliser les champignons


Les champignons à cuisiner

Vous pouvez, dans le commerce, acheter des champignons à cuisiner. Parmi ceux-ci, sont clairement médicinaux : le cèpe, la morille, la coulemelle, la girolle, la trompette des morts, l'oronge, la truffe, le champignon de Paris, la pleurote, le lactaire délicieux, le shiitake, le maitake (en magasin macrobiotique), le sparassis crépu. Évitez les champignons qui proviennent des pays de l'Est, souvent contaminés.
Si vous souhaitez ramasser vos champignons vous-même et que vous ne les connaissez pas bien, il est préférable d'apprendre à les connaître en compagnie de connaisseurs affirmés, afin d'éviter des confusions toujours possibles et parfois dramatiques.

Les précautions

Enfin, sachez que certains champignons ne doivent surtout pas être consommés crus. C'est le cas de la morille, notamment. En revanche, vous pouvez consommer cru sans aucun problème le cèpe de Bordeaux, la girolle, le champignon de Paris et le shiitake. Les truffes, en principe, ne se cuisent pas, elles se mangent crues uniquement. Les champignons doivent toujours être consommés bien frais. Si vous les mangez crus, ils doivent être jeunes, non véreux, parfaitement sains. Tout champignon un peu abîmé peut contenir des toxines dues à des moisissures, et peut provoquer des indigestions bénignes mais désagréables.

La conservation

Pour conserver vos champignons, trois méthodes sont acceptables : le séchage, la congélation et la conserve. Vous pouvez sécher les cèpes, les girolles, les morilles, les trompettes des morts, les pleurotes. Les autres champignons se conservent plutôt au congélateur, après les avoir blanchis cinq minutes à l'eau bouillante, ou encore cuits en conserve, à l'huile vinaigrée. La truffe est un cas particulier, puisqu'on peut la râper crue et la conserver crue dans l'huile ou de
l'alcool, par exemple du Cognac ou de l'Armagnac.
Dans le commerce, il existe quelques préparations de champignons médicinaux disponibles en diététique ou en pharmacie :

  • contre les allergies respiratoires : prendre une ampoule de jus d'agaric le matin à jeun.
  • contre les règles hémorragiques, les saignements de gencives, les petites hémorragies banales (les hémorragies internes nécessitent évidemment le recours à l'hôpital) : prendre 20 à 40 gouttes de teinture mère de lycoperdon bovista dans un demi verre d'eau tiède matin, midi et soir avant les repas.
  • pour stimuler l'immunité : prendre deux gélules de shiitake ou de maitake matin, midi et soir avant les repas.
  • pour réguler le taux de cholestérol ou la glycémie, prendre deux gélules de maitake (ou polypore en fronde) matin, midi et soir avant les repas.
  • pour stimuler les lymphocytes T4 (immunité) : prendre deux gélules de reishi (ou ganoderme) matin, midi et soir, avant les repas. Ce champignon a été étudié dans les cas de grave déficience immunitaire, avec succès semble-t-il, en Californie et au Japon.
  • Pour agir en cas de gastro entérite ou dans les cas de bouffées délirantes, un homéopathe pourra vous prescrire Muscarius en homéopathie. Ce champignon est en fait de l'amanite tue-mouche, diluée et dynamisée de façon homéopathique, bien évidemment.

Pour en savoir plus

Vous pouvez vous procurer l'ouvrage suivant : La mycothérapie, médecine des champignons, Alain Tardif – Édition Amyris - 22,80 euros - 190 pages -Chez votre libraire ou Chez Amazon