Le ver Cænorhabditis elegans se met au régime Okinawa

Le régime Okinawa a la réputation d’être celui des centenaires. Or un des éléments clé de ce régime consiste à ne se nourrir que de petites quantités alimentaires sans carence ni dénutrition. Ce fait constaté par les observateurs, vient de recevoir un début de preuve. Après avoir soumis le vers Cænorhabditis elegans à ce type de régime, des chercheurs ont constaté un allongement de sa durée de vie. La restriction alimentaire produit une inhibition du gène SLCF-1 (un gérontogène) au niveau des cellules intestinales. Cela induit un bas niveau de stress oxydatif.

Mieux, cette étude a mis en évidence que la protéine PTEN est impliquée à la fois dans la suppression de tumeur et la cascade métabolique de la restriction alimentaire. Ainsi, « il existerait des mécanismes communs au contrôle de la longévité et au développement des tumeurs », conclut Marc Billaud, du CNRS-INSERM de Lyon.