Traiter les maladies veineuses avec les médecines naturelles

Il ne faut pas croire que l’insuffisance veineuse qui correspond à une lente dégradation métabolique puisse être jugulée avec des cures de 15 jours aux phlébotoniques. Mes 16 années d’expériences m’ont montré que les traitements doivent être poursuivis jusqu’à restauration complète de la tonicité tissulaire.


Les trois-quarts de la population souffrent d’insuffisance veineuse chronique.

Les différentes appellations :

ne sont que des manifestations correspondant à des stades évolutifs de cette pathologie.

On distingue deux phases dans le développement dégénératif :

  • l’insuffisance pariétale
  • l’insuffisance valvulaire

Dans la phase pariétale, il y a une légère dilatation de tout le réseau veineux des jambes, avec les symptômes classiques suivants : jambes lourdes, sensation de chaleur, brûlures aux pieds, fourmillements, engourdissements, gonflement des chevilles, sensation de serrement des mollets, sensation de piqûres d’aiguilles, jambes sans repos (impatiences). Les traitements à ce stade sont relativement aisés.

Dans la phase valvulaire : les varices commencent à se développer, puis peuvent survenir des complications, telles que phlébites superficielles, ulcères, eczémas des jambes, dermites ocres, hypodermites scléreuses, hématomes de rupture, thromboses, en plus de symptômes généraux dûs au mauvais retour veineux. Plus le stade est avancé, plus les traitements sont longs et difficiles.

Le bilan veineux…

Pour établir une évaluation précise de l’état veineux, nous disposons d’un appareil médical du nom barbare de Pléthysmographe à jauges de mercure. Mais dès qu’il y a état variqueux, il est fondamental d’évaluer l’état de l’atteinte valvulaire par une exploration au Doppler.

Les remèdes homéopathiques de terrain :

Comme nous sommes face à une pathologie chronique manifestement liée à un problème de terrain, il faut utiliser contre elle une médecine capable de soigner le terrain, l’homéopathie et la mésothérapie m’ont toujours donné satisfaction dans ce domaine.
Je peux citer ici quelques-uns des remèdes homéopathiques les plus courants pour traiter la symptomatologie.

  • Aesculus agit classiquement sur les lourdeurs mais également sur les sensations de chaleur dans les jambes.
  • Hamamelis est utile quand il y a une sensation de lourdeur et de contusion des membres inférieurs ainsi qu’une tendance très marquée aux hématomes au moindre choc ainsi que
  • Arnica, grand remède des “bleus” qui sont très courants dans les problèmes circulatoires des jambes et aussi très faciles à soigner par homéopathie.
  • Ambra Grisea agit remarquablement sur les sensations d’engourdissement et de fourmillements.
  • Sulfur est très utile quand il y a une sensation de chaleur des pieds la nuit, obligeant à les sortir du lit.
  • Sulfur acid est très intéressant en cas de tendance à faire des hématomes spontanément sans choc.
  • Nitric acid supprime à chaque fois les sensations de piqûre d’aiguilles.
  • Cactus agit contre les sensations de serrement.
  • Causticum agit sur les impressions de raccourcissement.
  • Lachesis est utile en cas de latéralité gauche exclusive et aussi chez les femmes ménopausées ayant des bouffées de chaleur et ne supportant pas les vêtements trop ajustés ou trop serrés.
  • Lycopodium à l’inverse du précédent agit en cas de latéralité droite exclusive des symptômes.
  • Fluoric acid et Calcarea Fluorica viennent plus tard comme traitement de fond pendant plusieurs années car cette pathologie ne peut disparaître en 6 mois de traitement.

Techniques palliatives :

Le port de bas ou collants de contention appelés collants à varices est à éviter à tout prix car s’ils soulagent ils ne font qu’aggraver l’hypotonicité des parois veineuses et ne guérissent pas, c’est un petit moyen pour soulager temporairement.
Il ne faut jamais pratiquer de “stripping” dont les complications sont redoutables, imprévisibles et extrêmement difficiles à soigner.
Lorsqu’il y a des varices, il faut avant tout mettre en route un traitement homéopathique d’attaque suivi par un traitement de fond. Éventuellement on discutera la sclérose des varices, celles-ci sont dangereuses pour le système circulatoire des jambes parce qu’elles majorent les phénomènes de reflux et donc de stase. Elles peuvent être supprimées, mais en douceur, aussi existe-t-il une méthode douce et ambulatoire pour cette suppression qu’on appelle le Muller. Son principal avantage est qu’il évite le stripping pouvant occasionner des accidents terribles dont les séquelles s’avèrent très difficiles à combattre.


Il ne faut également jamais perdre de vue que ce qu’on voit au niveau des jambes n’est qu’une toute petite partie visible du problème circulatoire qui, lui, est global et concerne l’ensemble des vaisseaux de l’organisme, ce qui explique la nécessité d’instaurer un traitement médical de fond afin de restaurer un équilibre circulatoire global et ne pas se contenter de soigner uniquement les membres inférieurs, ce qui serait éminemment stupide.

Ceci exclut les médicaments donnés pour 15 jours ou 1 mois, les pommades pour les jambes qui sont une pure escroquerie, les bas ou collants à varices qui n’ont aucune action thérapeutique, les cures thermales une fois par an sans aucun suivi derrière, les scléroses des varices dès la première consultation sans aucune exploration fonctionnelle préalable et sans l’instauration d’un traitement médical de fond.