Syndrome de fatigue chronique et si c’était un virus ?

Une étude américaine, publiée en septembre 2007, éclaire d’un jour nouveau cette pathologie. Elle démontre en effet que le syndrome de fatigue chronique serait très probablement d’origine virale. Les chercheurs ont trouvé des entérovirus (les entérovirus sont des virus qui pénètrent l’organisme par le système gastro-intestinal et qui attaquent le système nerveux) (Écho B ou Coxsackie B) dans l’estomac de 82 % des patients atteints de fatigue chronique.


En outre, le sang des patients atteints contenait une grande quantité d’anticorps anti-VP1 qui sont les protéines des entérovirus. L’étude confirme par ailleurs que les traitements antiviraux (interféron, ribavirine) prescrits par la médecine allopathique, améliorent un temps les symptômes mais ne peuvent venir à bout du virus. L’arrêt du traitement conduit immédiatement à une rechute.

Êtes-vous atteint de fatigue chronique ?

Le syndrome de fatigue chronique (qui se confond parfois avec la fibromyalgie)touche principalement les femmes entre 20 et 40 ans. Il se caractérise par un épuisement d’au moins six mois, accompagné de différents symptômes :

  • troubles de la mémoire et de la concentration,
  • maux de gorge et douleurs pharyngées,
  • ganglions douloureux du cou,
  • douleurs musculaires,
  • douleurs articulaires,
  • maux de têtes inhabituels,
  • troubles du sommeil,
  • épuisement après effort.

Il faut répondre au moins à quatre de ces critères pour diagnostiquer un syndrome de fatigue chronique.

Des champignons nourris à l’écorce de bouleau

Deux champignons possèdent des propriétés immunostimulantes particulièrement efficaces contre les entérovirus et sont réputés pour leur capacité à stimuler la synthèse des interférons : le Coriolus versicolor et le Ganoderma lucidum. Un chercheur spécialiste des champignons médicinaux, le Dr Donatini, a donc eu l’idée de cultiver le mycélium (c’est-à-dire les racines) de ces deux champignons sur de l’écorce de bouleau. Il s’en nourrit massivement ce qui permet d’obtenir un mycélium parfaitement adapté à la lutte contre les entérovirus impliqués dans la fatigue chronique. Le complément alimentaire qui en est issu s’appelle le Ganocor. En traitement de la fatigue chronique, il est recommandé d’en prendre 2 gélules matin et soir pendant trois mois.

 

À lire :