• Les troubles féminins ont leurs remèdes naturels

Pathologies gynécologiques : la médecine naturelle dans l’intimité des femmes

Règles abondantes, douloureuses, fibromes, la médecine naturelle a des remèdes à proposer pour chacun de ces troubles, là où la médecine officielle ne vous propose finalement que deux solutions : changer de pilule ou suivre un traitement hormonal.


Règles trop abondantes

Les ménorragies ou saignements excessifs correspondent à des règles trop abondantes, trop fréquentes ou trop longues (dans leur durée).
Dans la plupart des cas, il s’agit d’un déséquilibre hormonal passager (fréquent chez les jeunes filles et en pré-ménopause). Si le problème persiste dans le temps, il est nécessaire de consulter un médecin afin qu’il élimine une cause organique (fibrome, polypes, cancer de l’utérus). En médecine naturelle, je conseille la teinture-mère de Bursa pastoris pour sa stimulation tonique de l’utérus et ses effets anti-hémorragiques. Il faut également réduire l’apport alimentaire en acide arachidonique (acide gras oméga-6) qui se trouve essentiellement dans les graisses animales et qui joue un rôle important dans le processus de la menstruation.

Traitement

  • Bursa pastoris T.M. (125 ml) : Boire 30 gouttes 3 fois par jour dans un 1/2 verre d’eau avant les repas. Commencer 3 jours avant et continuer pendant toute la durée des règles. Vous en trouverez en pharmacie.

Règles trop douloureuses (dysménorrhée)

Les règles douloureuses sont fréquentes à la fin de l'adolescence et à la pré-ménopause, lors des périodes de déséquilibres hormonaux.
Ces douleurs sont spasmodiques avec des élancements dans le bas-ventre et parfois même dans le dos.
Les études récentes indiquent que c’est un déséquilibre au niveau des prostaglandines, hormones issues du métabolisme des acides gras oméga 3 et oméga 6, qui est à l’origine des règles douloureuses. Certaines prostaglandines stimulent les contractions utérines, tandis que d’autres contrôlent les douleurs menstruelles.
En toute logique, le traitement naturel des règles douloureuses repose sur une correction du déséquilibre oméga 3 / oméga 6 en diminuant la consommation de margarine, de graisses végétales et de graisses animales (oméga 6) au profit de poissons gras (maquereau, saumon, hareng, sardines), d'huile et de graines de lin (oméga 3). La prescription d’un complément nutritionnel riche en oméga 3 de qualité pharmaceutique (Oméga 3 70/10) associé à l’orotate de magnésium (action relaxante sur la musculature de l’utérus) donne de bons résultats.

Une douleur persistante peut également être le signe d'une endométriose contre laquelle un traitement naturel semble efficace (voir ici)

Traitement

  • Oméga 3 : 6 gélules par jour pendant 3 mois.
  • Malate de magnésium : 6 gélules par jour, à commencer 3 jours avant et pendant toute la durée des règles.

Fibromes

Le fibrome est une tumeur bénigne qui se développe à partir du muscle recouvrant l’utérus sous la forme d’une boule allant de la taille d’une bille à celle d’un pamplemousse. Dans la plupart des cas, les fibromes sont asymptomatiques et se révèlent fortuitement lors d’un examen gynécologique.
Lorsque leurs tailles sont plus importantes, ils peuvent provoquer des douleurs dans le bas ventre, des règles très abondantes ou des pertes de sang entre les règles. Beaucoup de femmes avec un utérus fibromateux subissent une hystérectomie (ablation de totale de l’utérus). J’estime que des milliers de patientes se font opérer chaque année tout à fait inutilement et ce pour plusieurs raisons :

  • Il faut bien insister sur le fait qu’il s’agit d’une tumeur bénigne dont le risque de dégénérescence en cancer est nul.
  • Le fibrome étant une tumeur hormono-dépendante, il a tendance à régresser spontanément à partir de la ménopause.
  • Un traitement naturel permet soit le dessèchement du fibrome soit l’arrêt de son développement pendant les quelques années précédant la ménopause.

Les fibromes résultent d’un déséquilibre hormonal (trop d’œstrogènes par rapport à la progestérone). C’est particulièrement le cas durant les dix années précédant la ménopause où la femme produit moins de progestérone (cycles sans ovulation) alors qu’elle produit toujours des quantités normales d’œstrogènes. Un apport de progestérone naturelle sous forme de yam permet en général de corriger ce déséquilibre.
Le Discorea mexicana – ou yam – est une plante renfermant un principe actif, la diosgénine dont la structure est proche de la progestérone. L’apport de diosgénine va permettre au corps de la femme de fabriquer de la progestérone naturelle (différente de la progestérone de synthèse de certains médicaments bourrés d’effets secondaires).

Traitement

  • Yamplex crème (sans paraben) : Application de 1/4 de cuillère à café matin et soir au niveau du pli du coude (à l’endroit où l’on fait les prises de sang). Le traitement est à commencer le 10ème jour du cycle jusqu’aux règles.