Le diabète : alternatives en médecine douce

Selon l'étude « Entred », conduite par l'Institut de veille sanitaire, trois millions de Français sont aujourd'hui traités pour un diabète - soit 3 % de la population. Sans compter ceux qui suivent simplement un régime alimentaire, qui ignorent leur état ou le négligent et qui ne sont pas répertoriés. Soit environ un million de personnes supplémentaires. Précision importante : dans 90 % des cas, il s'agit d'un diabète de type II, non insulino-dépendant, largement conditionné par l'environnement, c'est-à-dire par notre comportement. Une fois de plus, suralimentation et sous-activité sont dans le box des accusés. Le diabète de type II n'a, en effet, pas de meilleur allié que l'obésité.


C'est la chronique d'une épidémie annoncée : la maladie explose.

Il n'y a qu'à voir leurs courbes d'évolution respectives : elles sont presque parallèles. Le plus navrant est que cette maladie, qui ne concernait auparavant que les plus de 50 ans, se met à verser, elle aussi, dans le « jeunisme ».
Les pédiatres français voient ainsi avec inquiétude le phénomène progresser à grands pas. Quand on fait le compte de ce que donnent vingt ans de diabète chez les septuagénaires – complications cardio-vasculaires, insuffisance rénale, cécité, ulcération des pieds, voire amputation... – on peut imaginer avec inquiétude l'état dans lequel seront, au même âge, ceux qui l'auront développé à l'adolescence.
Il faut le savoir : une fois que la maladie est là, c'est pour la vie.

La seule solution est de la tenir en respect. Et pas seulement avec des médicaments : 80 % du traitement repose sur la surveillance alimentaire quotidienne. Ce qui est, et de loin, le plus pénible à mettre en pratique.

Diététique

Résister à l’« appel » du gras (surtout quand il vient du beurre, de la crème fraîche, des charcuteries et des fromages), fuir le sucre et ce qui en contient beaucoup (sodas, confiseries, desserts industriels...). Non pas que ce dernier déclenche directement un diabète mais il induit une prise de poids qui, elle, le favorise. Chez les jeunes, il faut bannir le « junk food » dont les aliments et les boissons sont riches en graisses et en sucres mais pauvres nutritionnellement.

  • Privilégier les acides gras polyinsaturés principalement les oméga-3 présents dans l’huile de colza et surtout dans l’huile de périlla qui contient 65 % d’oméga- 3 et 95 % de gamma-tocopherol. Prendre 2 capsules au petit déjeuner, 2 capsules à midi.

Oligo-éléments

  • 1 ampoule de zinc-nickel-cobalt, le matin, 1 à 2 gélules de chrome si vous êtes attiré par le sucre.
    - Le zinc intervient dans de nombreux métabolismes, en particulier celui des glucides et régularise l'appétit.
    On le retrouve dans les poissons, les fruits de mer (particulièrement les huîtres), les céréales complètes, les légumes secs et les oléagineux, mais il est moins bien absorbé que lorsqu'il est d'origine animale.
    - Le nickel a un rôle digestif, il potentialise l'activité de l'insuline.
    - Le cobalt potentialise l'action du zinc et a une action neurovégétative. Le chrome régule le taux de sucre dans le sang pendant 24 heures. Il est indispensable au métabolisme des glucides, réduit le taux de cholestérol et protège les artères. Dans l'alimentation, on le trouve surtout dans les céréales complètes, la cosse de haricot, le galéga, la levure de bière et la spiruline (vitamines B).

Phytothérapie

  • Les plantes hypoglycémiantes : bardane, eucalyptus, gentiane, myrtille, noyer, oignon, sauge, sceau de Salomon (chez l'homme).
    On peut prendre ces plantes en teinture-mère : 2 fois 40 gouttes.
    Gymnema sylvestris : coupe l'envie de sucre. Prendre 2 gélules avant les repas.
  • Préparation pour une infusion :
    Euphraise 30 g
    Mûrier noir 40 g
    Feuilles de myrtille 30 g
    Mettre 2 cuillerées à soupe de ce mélange dans un litre d'eau bouillante. Infuser 10 minutes, filtrer, boire un bol matin et soir.

Huiles essentielles

  • Aroma nutrient n°2 (diabète type II). Prendre 3 fois 2 gélules avant les repas pendant 7 jours. Puis 2 fois 2 gélules avant les repas pendant 10 jours. En entretien : 1 gélule avant chaque repas.
  • Aroma nutrient n°5 (régule le métabolisme du glucose). Prendre 3 fois 2 gélules avant les repas pendant une semaine. Puis 2 fois 2 gélules avant les repas pendant 10 jours. En entretien : 1 gélule avant chaque repas.

N.B. : Marcher trente minutes trois ou quatre fois par semaine. Ou au moins appliquer le dicton chinois qui dit que « celui qui marche cent pas après le repas, vivra jusqu’à cent ans ».

 

Où commander Aroma nutrient :

Laboratoire Aromalia
33 rue de la Gare
Dépôt 35
35120 La Boussac
Tél. 02 99 800 016
Site : www.aromalia.fr

 

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :