• Les remèdes naturels de la constipation

La constipation : que propose la médecine naturelle ?

La constipation est un des troubles les plus fréquents en gastro-entérologie puisqu’il touche 10 % d’une population surtout féminine, sans que les raisons précises en soient connues.


La constipation peut remonter au plus jeune âge et elle est due soit à une insuffisance, soit, paradoxalement, à un excès de contractures de l’intestin. Dans le premier cas elle est dite atonique, et dans le second, spasmodique. Mais, quelle que soit sa forme, il faut s’en préoccuper car elle provoque souvent l’inflammation du côlon ou colite.

Les laxatifs, exceptionnellement

Disons immédiatement que l’emploi habituel de laxatifs, loin de guérir la constipation, précipite encore plus vite le constipé au stade de la colite. En outre, ils finissent généralement par déterminer de l’accoutumance. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils pourront être utilisés. S’ils sont absolument nécessaires, on donnera la préférence aux plantes purgatives.

L’alimentation

L’alimentation est le point clef de ce problème.

  • L’alimentation du constipé doit être relativement riche, sans l’être trop cependant, en substances dites « de lest » dont une grande partie est inassimilable. La cellulose des végétaux et des légumes remplit parfaitement cet office. Elle revêt une importance primordiale, car elle augmente le volume des selles et permet une meilleure élimination. Le régime sera donc riche en fruits (prunes, pruneaux, raisins) et en légumes verts, ceux-ci agissant non seulement par leur cellulose mais aussi par leurs sels de potassium qui sont de remarquables excitateurs des fibres lisses intestinales.
  • Les bouillies épaisses de céréales (avoine, blé moulu), le pain complet sont excellents chez les constipés indemnes de toute inflammation colitique. Le germe de blé est particulièrement favorable, car, par sa vitamine B1, il entretient la parfaite contractilité des muscles lisses de l’intestin.
  • En revanche, le lait est à déconseiller, sauf sous forme de yaourt.
  • Un grand verre d’eau fraîche bu le matin, une cuillerée à soupe d’huile d’olive prise à jeun, un jaune d’œuf très frais absorbé de temps à autre provoquent souvent le réflexe exonérateur.
  • Boire au minimum 1 litre par jour.

Le réflexe conditionné

Enfin, de toutes les disciplines auxquelles doit s’astreindre le constipé, l’une des plus importantes est celle des horaires. Il doit se présenter « à la garde-robe » tous les jours, à la même heure, afin que l’évacuation intestinale devienne un réflexe conditionné. Dans le même ordre d’idées, il pratiquera l’auto-suggestion.

Les massages

Le constipé qui est souvent un « désanglé » du ventre, doit pratiquer régulièrement des exercices de gymnastique abdominale. Chaque matin, il effectuera quelques massages abdominaux, soit à l’aide de la main nue, soit au moyen de l’un de ces appareils à boules actuellement en vente dans le commerce. Le massage doit être fait avec douceur, en partant de la partie droite de l’abdomen, remonter jusqu’aux côtes inférieures, puis, de là, vers le côté gauche pour redescendre ensuite le long du flanc gauche jusqu’à la région située sous l’ombilic.

Oligothérapie

Le magnésium presque systématiquement, d’autant qu’il est laxatif… à fortes doses. Mettre un sachet de chlorure de magnésium dans une bouteille d’eau (boire 2 à 3 verres par jour).

Homéopathie

Les remèdes de la constipation sont Hydrastis 4 CH et Nux vomica 5 CH, à alterner.
Si le sujet n’arrive à évacuer qu’au prix de gros efforts, ce qui implique une certaine inactivité rectale, il prendra alternativement :
Anacardium 5 CH, Lycopodium
5 CH et Alumina 5 CH.

Phytothérapie

Les plantes purgatives sont nombreuses. Elles apportent des fibres qui favorisent le péristaltisme intestinal. Ainsi l’ispaghul, le psyllium, le son, le lin et les pruneaux cuits et désucrés consommés à jeun favorisent le transit intestinal.
Les plantes qui agissent en stimulant la musculeuse colique sont le séné, la bourdaine, le nerprun, la rhubarbe, le rhapontic, l’aloès. Attention, l’utilisation de ces plantes ne doit pas excéder 8 à 10 jours sous peine de provoquer une inflammation de la muqueuse. Aussi, est-il préférable de commencer par la mauve, la pulpe de tamarinier ou la globulaire.
Il est parfois nécessaire de faciliter la sécrétion biliaire avec le radis noir, le romarin, l’artichaut ou d’autres plantes cholagogues et cholérétiques. Le jaune d’œuf et l’huile d’olive sont de puissants cholagogues.
Vous pouvez prendre une cuillerée à soupe de graines de psyllium dans un verre d’eau le soir au coucher et donner à l’enfant constipé une tasse d’infusion préparée avec une cuillerée à café de fleurs de mauve.
Vous pouvez vous aider de Hépax® (extrait fluide d’artichaut, extrait mou et teinture de boldo, teinture de romarin) : une cuillerée à café avant chaque repas.

A signaler également une tisane venue de Chine à base de mauve frisée et de séné. Originaire de l’Indonésie et du Tibet, la mauve frisée est une plante médicinale utilisée depuis plus de deux millénaires dans la médecine traditionnelle orientale. C’est le maître Li Se-Shenqui qui l’a étudiée de près et qui a mis en évidence ses propriétés au XVIe siècle. Cette plante rare est le secret de ce remède que l'on peut se procurer sur internet, vendue sous le nom de Nature Slim Tea.

Cette tisane est composée de seulement deux plantes qui doivent être dosées avec précision vu leur grande efficacité :

  • La mauve frisée ou crépue (Malva Verticellata)
  • Le Séné (Cassia angustifolia)

Les trucs de ma grand-mère

  • Infusion de liseron des haies : 15 grammes de racines pour 1 litre d’eau. À prendre le matin à jeun.
  • Une cuillerée d’huile d’olive avec un demi-citron et un peu de sel, le matin à jeun.
  • Ou 1/2 cuillerée à soupe d’huile de ricin par jour.
    • Placer un cataplasme d’argile sur le bas-ventre et mettre une bouillotte chaude sur le foie.

Quel que soit votre état de santé, ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com ou renseignez-vous auprès des écoles de formation à la naturopathie de votre région. Vous en trouverez la liste sur devenir-therapeute.fr.

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.

A lire :

 

À écouter :