• Hypertension et hypotension, même combat

Hypo ou hypertension les risques sont les mêmes

Les problèmes de tension sont souvent difficiles à identifier tant les symptômes qu’ils provoquent sont variés. Même la classique prise de tension n’en donne qu’une mesure imprécise ! Évoluant lentement et discrètement, l’hypertension et l’hypotension font le lit des accidents cardiovasculaires et doivent être impérativement surveillées dès que l’on avance en âge.  


La tension artérielle est la pression qu’exerce le sang sur les parois des artères. L’hypertension et l’hypotension ne sont pas des maladies mais des symptômes. Vivre longtemps et en bonne santé, implique que cette pression ne soit ni trop élevée ni trop basse. Pour que le sang circule, il faut qu’il soit pulsé. Le cœur remplit cette fonction en se contractant et se détendant alternativement entre 60 et 80 fois par minute. À chaque contraction, les parois artérielles subissent une augmentation de pression. Cette pression est dite maxima ou systolique. Après chaque contraction, le cœur se détend et se remplit, la pression subie par les parois artérielles diminue fortement. Cette pression est dite minima ou diastolique.

Les mécanismes de régulation de la tension

La tension artérielle (TA) dépend principalement du contenu artériel (le volume sanguin), du contenant (l’élasticité des parois vasculaires plus ou moins importante) et du débit cardiaque.
Ces différents facteurs sont régulés par plusieurs systèmes dont :
  • Le système nerveux autonome qui est composé des réseaux sympathique (excitateur) et parasympathique (relaxant).
  • Le système rénine-angiotensine-aldo­stérone (SRRA) : quand la tension chute, le SRAA est activé, du sel et de l’eau sont réabsorbés au niveau rénal, le volume sanguin augmente et la tension remonte. Quand la tension monte trop, on observe le phénomène inverse (de même pour les autres mécanismes ci-dessous).
  • La sécrétion ou non d’hormone antidiurétique : des tensorécepteurs situés dans les parois des vaisseaux sont sensibles à la quantité de sang circulant. Lorsque ce volume diminue, l’hormone antidiurétique est secrétée ce qui a pour effet de faire monter la tension.
  • La filtration capillaire : quand la tension chute, il se produit un mouvement d’eau depuis le liquide dans lequel baignent les tissus vers la lumière des vaisseaux sanguins et la tension remonte.
  • La filtration glomérulaire (au niveau des unités fonctionnelles du rein) : quand la tension diminue, le rein excrète moins de sodium et d’eau, ce qui facilite la récupération d’un volume sanguin circulant satisfaisant et provoque le retour de la tension à une valeur normale.

Quelle normalité ?

Difficile de dire quelle est la tension idéale. D’abord parce que la tension artérielle n’est pas la même sur tout le réseau sanguin : par exemple, la maxima est normalement inférieure à 140 mm Hg (millimètres de mercure) au niveau du bras et à 21 mm Hg au fond de l’œil. Dans le langage courant, la tension artérielle est celle qui est prise au bras ou au poignet. 
Par ailleurs, les chiffres tensionnels varient d’un moment à l’autre de la journée : ils baissent au repos et pendant les premières heures de sommeil tandis qu’ils augmentent à l’effort et en fin de nuit (au moment de la plus longue période de rêve). Enfin, en situation de stress ou sous le coup d’une émotion, ils réagissent dans un sens ou dans l’autre selon la typologie de l’individu.
Malgré ces variations, le diagnostic d’hypertension est posé lorsque la maxima dépasse 140 mm Hg ou/et la minima 90 mm Hg à trois examens successifs réalisés dans de bonnes conditions.
À la différence de l’hypertension, il n’existe pas à ce jour de valeur seuil au-dessous de laquelle on puisse parler d’hypotension avec certitude. Le diagnostic repose sur la présence d’un ensemble de symptômes qui apparaissent pour certains au-dessous de 100 mm Hg, pour d’autres au-dessous de 90 mm Hg. De toute façon, au-dessous de 80 mm Hg, le cerveau n’est plus irrigué de façon satisfaisante, la manifestation la plus extrême étant alors la syncope.

Hyper, hypo, même dangers ?

Bien que les mécanismes mis en action diffèrent, les conséquences d’un excès ou d’un manque de tension artérielle sont souvent identiques. Infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, glaucome, chute et risque fracturaire élevé, décès prématuré font partie des nombreux risques encourus. Toutefois la prise en charge médicale des deux types de troubles est radicalement différente. Alors que les traitements de l’hypotension varient considérablement en fonction de son origine, ceux de l’hypertension sans cause nettement identifiable – dite « essentielle » – sont codifiés selon un protocole international.

L’hypertension essentielle, un fléau silencieux

Les causes de l’hypertension sont rarement évidentes. L’hypertension essentielle avance à pas de loup et ne se dévoile malheureusement encore trop souvent qu’à l’occasion d’une de ses dramatiques complications dont certaines rapidement mortelles.

Les symptômes à surveiller

Malgré leur banalité et la possibilité de nombreuses autres origines, certains symptômes doivent alerter et amener à consulter : fourmillement ou engourdissement au niveau des mains ou/et des pieds (surtout s’ils sont localisés d’un même côté du corps), maux de tête, bourdonnements d’oreille, sensations vertigineuses, hémorragie nasale ou conjonctivale, somnolence, sentiment de confusion sans raison. Quoi qu’il en soit, il est plus sage de faire vérifier ses chiffres tensionnels à l’occasion d’une consultation et de toute façon, au moins une fois par an en l’absence de tout motif.

Les facteurs de risque

Quelques facteurs de risques sont aujourd’hui bien établis.
 
  • La sensibilité au sel. D’après certaines études récentes, la sensibilité au sel toucherait 58 % des hypertendus. Cette sensibilité d’ordre génétique ralentit l’élimination du sel. Un apport excessif génère alors une élévation de la pression artérielle avec parallèlement une augmentation du risque cardiovasculaire d’autant plus forte que les apports en calcium et potassium sont importants ou/et qu’existe une obésité.
     
  • La consommation exagérée de sel, même lorsque l’individu ne présente pas de sensibilité génétique, a des conséquences dont certaines sont redoutables. Elle augmente le risque de décès par mort subite chez l’obèse : à chaque augmentation de 6 g/j, le risque de décès chez l’obèse par cause cardiovasculaire augmente de 61 % et le risque de faire un accident vasculaire cérébral de 89 % !
     
  • Par ailleurs, consommer trop de sel provoque la fuite du calcium dans les urines avec diminution de l’accrétion calcique.
     
  • La carence en vitamine D. Plus des deux tiers des malades cardiovasculaires présentent une carence en vitamine D !
     
  • D’autres habitudes alimentaires malsaines contribuent également à faire monter la tension : consommation insuffisante de légumes et de fruits, ration journalière en graisses saturées et trans trop élevée, consommation excessive d’alcool ou de sodas (fructose).
     
  • Le tabagisme. La nicotine induit une vasoconstriction (réduction du calibre des vaisseaux) aussi rapide qu’intense, ce qui oblige le cœur à travailler plus. Même si cette action est de courte durée (environ une demi-heure), la répétition des prises soumet le système cardiovasculaire à un régime de fortes et basses pressions tout au long de la journée. De plus, le tabac accélère lui aussi l’athéromatose par un processus essentiellement irritatif.
     
  • Le surpoids. Dès que le tour de taille est supérieur au tour de hanches, le risque de présenter un taux exagéré de glucose, de cholestérol ou/et de triglycérides dans le sang augmente. Si l’hypertension artérielle vient s’y ajouter, le tableau de syndrome métabolique est alors au complet  et ouvre la porte aux complications cardiovasculaires les plus graves. Chez la femme ménopausée, la prise de poids est un bon indicateur de risque prochain d’hypertension.
     
  • Le stress. Si, à ce jour, aucune étude n’a pu affirmer que le stress pouvait être à l’origine d’une hypertension artérielle chronique, de nombreux chercheurs s’accordent pour reconnaître qu’il peut être responsable de poussées hypertensives parfois sévères. Ainsi, le manque de sommeil, l’exposition régulière au bruit sont susceptibles d’augmenter significativement les chiffres tensionnels.
     
  • La saison. Plus il fait froid, plus la tension monte, notamment chez les personnes âgées (80 ans et plus) : sur un échantillon de 9 000 personnes de plus de 65 ans, plus de 33 % d’entre elles présentaient une hypertension en hiver contre 23,8 % en été.

Pourquoi l’HTA est-elle dangereuse ?

L’hypertension est dangereuse parce qu’elle vient s’ajouter aux éventuels facteurs de risque cardiovasculaire préexistants en accélérant le vieillissement artériel physiologique ou déjà pathologique. Ce vieillissement se manifeste par la formation d’athérome (étymologiquement : bouillie) dans les principales artères de l’organisme. Ces dépôts réalisent des plaques qui rétrécissent le calibre des artères et diminuent l’élasticité naturelle de leur paroi.
Et même si l’organisme parvient parfois à s’adapter à l’athérome en augmentant le diamètre de ses artères de sorte que le calibre intérieur reste sensiblement le même (« remodelage compensateur »), au fil du temps, une artère peut être complètement obstruée et c’est alors l’accident vasculaire dont le risque est l’infarctus, c’est-à-dire la destruction rapide (quelques minutes) d’un nombre considérable de cellules d’un organe (cœur, cerveau, rein).
 
Notons que le risque cardiovasculaire varie selon la composition des plaques d’athérome : si elles sont principalement lipidiques et riches en macrophages, elles sont des plus fragiles et exposent à un accident à court ou moyen terme !

L’hypotension, une litanie de symptômes

Lorsque le volume de sang circulant descend au-dessous d’une certaine limite, le cerveau n’est plus suffisamment irrigué. Cette situation arrive tout particulièrement en position debout. Dès cet instant, tout un ensemble de symptômes peut survenir : sentiment de fatigue, nausées, sueurs, palpitations, angoisse, sentiment de tête vide, ralentissement de l’idéation (parfois confusion), troubles de l’élocution, altération de la vision, sensation de vertige, plus rarement syncopes… Symptomatologie possiblement responsable de chute, d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et de décès subit ou à court terme, notamment chez les personnes âgées ou fragilisées.
Les causes aiguës (grand tableau hémorragique, état de choc suite à une violente réaction allergique, septicémie) nécessitent la prise en charge par une unité de soins intensifs et dépassent largement le cadre de notre étude.
Les autres causes regroupent les problèmes suivants :
  • Les suites d’une hémorragie.
  • Toute anémie prononcée.
  • Toute déshydratation importante.
  • Une varicose importante des membres inférieurs (près d’un litre de sang peut être ainsi retenu prisonnier au niveau des mollets après seulement une demi-heure de station debout à piétiner).
  • L’avancée en âge, et cela dès 65 ans.
  • Les troubles du comportement alimentaire (l’anorexie mentale en premier).
  • La grossesse.
  • Toute pathologie ayant affecté le système nerveux autonome : diabète évolué, maladie de Parkinson, séquelles d’accidents vasculaires cérébraux…
La prise de certains médicaments, notamment certains antihypertenseurs, les remèdes de la dysfonction érectile (Viagra, Cialis…), les dérivés nitrés utilisés dans l’insuffisance coronarienne (angine de poitrine, séquelles d’infarctus du myocarde), les antidépresseurs, les anxiolytiques, les neuroleptiques…
  • L’arrêt rapide d’un traitement au long cours par un corticoïde.
  • La prise de certains remèdes végétaux (griffe de chat, gui, yohimbe…) ou de compléments alimentaires (coenzyme Q10, stévia, quercétine…).
Deux formes d’hypotension ont un mode singulier de survenue :
  • L’hypotension orthostatique qui se manifeste lors du passage rapide de la position couchée, assise, accroupie ou penchée à la position debout.
  • L’hypotension postprandiale qui apparaît, quant à elle, lors de la digestion et touche principalement les personnes dont le système nerveux autonome présente un dysfonctionnement (personnes âgées, diabétiques, parkinsoniens…).
Leur gravité est la même que l’hypotension ordinaire durable.
 
Pour traiter naturellement l'hypertension, lisez l'article d'alternativesante.fr
 

Quel que soit votre état de santé, les conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com ou renseignez-vous auprès des écoles de formation à la naturopathie de votre région. Vous en trouverez la liste sur devenir-therapeute.fr.

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.

 
À écouter sur Radio Médecine Douce :