• Traiter les troubles de la thyroïde

Hyperthyroïdie et solutions naturelles

La thyroïde est une glande endocrine qui produit principalement deux hormones, la T4 (tétra-iodothyronine ou thyroxine) et la T3 (tri-iodothyronine), lesquelles règlent le rythme auquel l’organisme utilise les lipides, les protéines et les hydrates de carbone (voir encadré). Son fonctionnement est très performant mais extrêmement fragile et comme par un effet de levier, un léger dérèglement de la glande thyroïde peut entraîner une chaîne de conséquences lourdes. Ainsi, un hyperfonctionnement de la glande thyroïde accélère tout le métabolisme, parfois de 60 % à 100 %.


L’hyperthyroïdie est due à une trop grande sécrétion d’hormones thyroïdiennes dans notre organisme. Cet excès d’hormones entraîne une accélération de tous les métabolismes : tout fonctionne trop et trop vite. Les symptômes sont surtout nerveux (anxiété, agitation, irritabilité, tremblement des mains) et cardiaques (palpitations, tachycardie, extrasystoles). On observe également une perte de poids inexpliquée, de la fatigue musculaire, des transpirations excessives ainsi que des diarrhées fréquentes.

La thyroïde est loin de fonctionner isolément. L’équilibre du métabolisme thyroïdien est intimement lié à celui du couple hypothalamus-hypophyse. Car c’est l’hypothalamus qui commande à l’hypophyse de produire l’hormone TSH (pour thyroid stimulating hormone). À son tour, l’hormone TSH stimule la thyroïde pour que celle-ci produise des hormones. Ce qui explique pourquoi, en situation d’hyperthyroïdie, le taux de TSH est bas parce que l’hypophyse tente de « calmer » la glande thyroïde.

Le foie intervient aussi dans le stockage des hormones hypophysaires et thyroïdiennes, et agit en partie sur leur métabolisme. Le rein, lui, doit assurer l’élimination des déchets hormonaux.

Ainsi, l’hyperthyroïdie nécessite une prise en charge globale si l’on veut rétablir l’équilibre neuro-endocrinien.
Actuellement, plus de 200 millions de personnes dans le monde ont une maladie de la thyroïde. En général, les femmes sont 5 à 7 fois plus atteintes que les hommes.

Les différentes manifestations de l’hyperthyroïdie

  • Maladie de Basedow
  • Adénome toxique
  • Goitre multinodulaire toxique
  • Hyperthyroïdie induite par iode
  • Thyroïdites (hyperthyroïdie passagère)

La maladie de Basedow est la cause la plus fréquente des hyperthyroïdies. Il s’agit d’une maladie d’origine auto-immune (avec présence d’anticorps anti-récepteurs de TSH). Cette maladie se traduit par une augmentation du volume de la glande thyroïde et parfois par une exophtalmie (saillie des globes oculaires).

Les signes cliniques

  • tachycardie, troubles du rythme,
  • amaigrissement,
  • thermophobie (mains chaudes et moites),
  • irritabilité, émotivité, agitation,
  • asthénie musculaire,
  • tremblements.

Pour connaître l’aspect fonctionnel de la thyroïde, il faut pratiquer les examens suivants : iodurie des 24 heures, TSH, T3 (thyronine) et T4 (thyroxine).
Le Lévothyrox agit au niveau de T3, hormone inactive d’où son peu d’efficacité. La conversion T4 en T3 se fait grâce à une enzyme à sélénium et avec d’autres oligo-éléments essentiels (zinc, cuivre, fer). Par contre, la présence de métaux lourds perturbe ce mécanisme.

Les causes de dysfonctionnement du métabolisme thyroïdien

  1. Le stress qui génère l’affaiblissement de la fonction immunitaire.
  2. Une intoxication aux métaux lourds (mercure, plomb, aluminium…).
  3. Un déséquilibre en oligo-métaux (sélénium, fer, cuivre, iode, manganèse, cobalt, souffre, zinc, lithium).
  4. Le tabagisme.
  5. Les conflits psychoaffectifs.
  6. Une insuffisance hépatique fonctionnelle.
  7. Une insuffisance rénale fonctionnelle.
  8. Des causes iatrogènes
    – médicaments iodés,
    – œstrogènes et contraceptifs oraux,
    – glucocorticoïdes,
    – interféron…
  9. Un déséquilibre immunitaire.
  10. Des prédispositions génétiques.

Il existe une autorégulation thyroïdienne par l’iode. Cependant, l’iode en excès bloque l’organification. Les causes de la surcharge iodée sont nombreuses :

  • Aliments industriels, colorants (érythrosine),
  • algues marines, sels de consommation enrichis.
  • Produits de contraste iodés (radio).
  • Prise régulière de médicaments responsables de surcharges iodées, tels que : Bétadine, Carbosylane, Clamoxyl 500, Cordarone, Dafalgan, Fungizone, Tardyferon B9...

La glande thyroïde permet de s'adapter

Comme certains le reconnaissent, la glande thyroïde permet à « l’organisme de s’adapter aux fluctuations de la vie ». Il est donc normal qu’elle agisse aussi bien sur l’hormonogenèse, le contrôle du métabolisme général, sur contrôle de la croissance et sur le développement et l’activité normale du système nerveux central. L’hyperthyroïdie aura donc un rôle important :
• dans la thermorégulation : l’hyperthyroïdie provoque une intensification des mécanismes énergétiques.
• sur le métabolisme des lipides : l’hyperthyroïdie entraîne une baisse du cholestérol total.
• sur le métabolisme des glucides : l’hyperthyroïdie favorise l’absorption intestinale du glucose.
• sur le métabolisme des protides : l’hyperthyroïdie entraîne une augmentation du catabolisme protéique avec amaigrissement.
• sur le métabolisme des vitamines : la T4 est nécessaire à la transformation du bêta-carotène en vitamine A. Les hormones thyroïdiennes agissent sur tous les organes du corps : peau, cœur, cerveau, muscles, gonades...

Testez votre thyroïde

Le test repose sur la prise de température au réveil dans le lit, avant de mettre le pied par terre.

  • Pour les personnes de sexe masculin ou féminin non réglées (fillettes ou femmes ménopausées)
    Placez un thermomètre sous l’aisselle pendant quelques minutes. Votre température doit être comprise entre 36,5 et 36,7. Répétez l’essai  trois jours de suite. Si votre température est plus basse, vous êtes en hypothyroïdie.
  • Pour les femmes réglées
    Procédez de la même manière, mais impérativement le 2e et le 3e jour de votre cycle.
  • Pour les bébés et les petits enfants
    Prendre la température rectale pendant 2 minutes. Celle-ci doit afficher entre 37,1 et 37,3.

Pour en savoir plus sur ce test, lisez cet article paru dans alternativesante.fr

Les remèdes

Le traitement de l’hyperthyroïdie nécessite parfois l’usage de médicaments antithyroïdiens (Basdène®- Néo-mercazole®) qui présentent malheureusement des effets secondaires importants. Il y a souvent moyen de les éviter ou de réduire fortement les doses par le traitement naturel suivant :

  • Du repos aussi bien physique que psychique, en évitant au maximum
    tout stress.
  • Homéopathie
    – Vespa complexe Lehning n°46 : 20 gouttes 3 fois par jour.
    – Iodum 5 CH et Natrum Muriaticum 5 CH : 3 granules de chaque en alternance trois fois par jour jusqu’à amélioration ou Iodum 15 CH et Thyroïdea 9 CH : 5 granules par jour en alternance.
  • Phytothérapie
    Lycopus europaeus TM : 30 gouttes 3 fois par jour.

D'autres traitements existent, qui pourront, selon votre cas, faire disparaître la plupart des symptômes de l'hyperthyroïdie.

Gemmothérapie

  • Viburnum lantana bg. mac. glyc. 1D : 100 gouttes dans de l’eau, le matin.
  • Crataegus laevigata bg. mac. glyc. 1D : 100 gouttes dans de l’eau, le midi.
  • Cornus sanguinea bg. mac. glyc. 1D : 100 gouttes dans de l’eau, le soir.

Huiles essentielles

  • HE de myrrhe
  • HE de cumin des prés
  • HE de marjolaine des jardins

Prendre 2 gouttes du mélange dans une cuiller à café d’huile d’olive, trois fois par jour avant les repas.

Nutriments

Par ailleurs, trois nutriments sont indispensables au bon fonctionnement de la thyroïde.

  • La L-tyrosine : cet acide aminé que l'organisme peine à fabriquer en vieillissant est un précurseur des hormones thyroïdiennes (thyronine, thyroxine ou T4).
  • Le zinc : il intervient dans la conversion de la T4 en T3 (et comme il est principalement présent dans les aliments carnés, les végétaliens et les végétariens en manquent plus souvent).
  • Le sélénium : il entre dans la composition de l'enzyme qui active cette conversion (T3 -> T4) et participe aux défenses antioxydantes locales (la thyroïde est de tous les organes celui qui concentre le plus le sélénium). De nombreuses études ont mis en évidence son utilité, y compris dans les maladies autoimmunes de la thyroïde et dans l'hyperthyroïdie.

En cas de maladie de Vasedow, reportez-vous à nos articles sur les maladies autoimmunes et au traitement le plus courant pour ces affections, le Moducare

Pour en savoir plus sur les traitements naturels de la thyroïde, lisez cet article

Quel que soit votre état de santé, les conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com ou renseignez-vous auprès des écoles de formation à la naturopathie de votre région. Vous en trouverez la liste sur devenir-therapeute.fr.

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.