Colique néphrétique

Nous pouvons avoir une ou plusieurs fois dans notre vie des calculs qui se nichent dans les voies excrétrices du rein. La grande coupable, de ce phénomène est généralement la déshydratation. Si on boit moins d’un litre d'eau par jour, on s'expose à fabriquer des calculs. Car, moins les reins éliminent, plus les déchets s'agglutinent. Certains calculs, minuscules, s'évacuent avec l'urine sans qu'on s'en aperçoive. En revanche, ceux qui ont trop grossi ou ont une forme hérissée peuvent se bloquer dans les uretères, fins conduits allant des reins à la vessie : c'est alors la fameuse crise de colique néphrétique...

La crise

La crise de colique néphrétique provoque de violentes douleurs, au niveau de la région lombaire, irradiant vers la vessie et la cuisse, souvent avec des nausées. Chez huit personnes sur dix, le caillou finit par sortir. Attention : une fièvre supérieure à 38°C associée à la crise doit amener à consulter en urgence. Dans les 20 % des cas où le calcul ne sort pas tout seul, il faut l'y aider. Les médecins le pulvérisent alors ou opèrent...

Les facteurs déclenchants

  • Une stagnation d'urines ou une élimination urinaire (diurèse) faible. La concentration de l'urine intervient toujours pour beaucoup. Plus l'urine est diluée, plus le risque de lithiase se trouve écarté. «Qui charrie ne bâtit pas», clamait déjà Félix Guyon au siècle dernier.
  • Une lésion déterminée de la muqueuse (tuberculose, tumeur, parasitose).
  • Une sudation importante.
  • Un régime alimentaire trop riche en fromages et laitages (rappelons à cet égard l'abus du lait et des alcalins chez certains ulcéreux).
  • Une alimentation carnée excessive.
  • Une forte consommation de chocolat.
  • Une surcharge en calcium ou en vitamine D.

Rappelons que lorsque les calculs urinaires ont tendance à récidiver, c’est à cause d'une mauvaise hygiène de vie.

Boire ou ne pas boire

  • La survenue d'une crise de colique néphrétique impose jusqu'à sédation de la douleur, l'interruption de tout apport hydrique. L'ingestion abondante d'eau, que certains conseillent aveuglément provoque une exacerbation de la douleur, en augmentant l'hyperpression urinaire en amont de l'obstacle pouvant entraîner une rupture des voies excrétrices.
  • Les calculs d'acide urique (radio-transparents) et de cystine, sont dissous par alcalinisation des urines (jusqu'à pH 7). Il est conseillé de boire de la Vichy Saint-Yorre ou de la Vichy-Célestins, qui diminuent l'acidité des urines.
  • Les calculs calciques (radio-opaques), lorsqu’il sont petits, peuvent s'éliminer spontanément à la faveur d'une diurèse abondante, assurée par l'ingestion d'une eau non calcique (Volvic) ; deux litres d'eau au moins par 24 heures. S’ils sont plus gros, ils nécessitent une intervention chirurgicale.
  • Le traitement de la pierre ne représente qu'un aspect particulier de la thérapeutique plus générale, et sera réalisé en procédant à une cure de diurèse prolongée (avec eaux peu minéralisées).

Homéopathie

Prendre selon les cas, 2 granules tous les quarts d'heure de :

  • Berberis 5 CH. Il convient particulièrement à la colique néphrétique gauche.
  • Sarsaparilla 5 CH à la colique néphrétique droite.
  • Pareira brava 5 CH est indiqué lorsque le malade éprouve le besoin continuel d'uriner.

On peut aussi mettre dans un grand verre d'eau cinq granules des médicaments suivants :

  • Arnica 5 CH,
  • Belladona 7 CH,
  • Berberis vulgaris 5 CH,
  • Calcarea carbonica 7 CH,
  • Lycopodium 7 CH,
  • Ocimum canum 5 CH et Pareira brava 5 CH.

Agiter énergiquement et prendre une cuillerée à café de quart d'heure en quart d'heure ou d'heure en heure selon l'intensité de la douleur.

Phytothérapie

  • Prenez chaque soir au coucher, une tisane obtenue en faisant infuser dans un litre d'eau 150 g d'un mélange de reine-des-prés, de millepertuis et d'ortie blanche (fleurs et feuilles).
  • La tisane d'aubier de tilleul sauvage est également un remède efficace. Pour la préparer, on fait bouillir doucement dans un litre d'eau et jusqu'à réduction d'un tiers, 40 à 50 g d'aubier de tilleul sauvage. Les deux tiers de litre obtenus sont pris le matin à jeun et dans l'intervalle des repas. La cure est de 15 à 20 jours consécutifs.
    (en savoir plus sur l'aubier de tilleul)

Huiles essentielles

Appliquez localement 4 à 6 gouttes du mélange suivant en application locale en regard des intestins, des reins ou du foie, selon les cas.

  • H.E. basilic exotique 3 gouttes
  • H.E. khella 1 goutte
  • H.E. lédon du Groënland 1 goutte
  • H.E. petit grain bigarade 2 gouttes

Répéter le traitement toutes les 1/2 heures jusqu'à amélioration sensible et prendre 3 gouttes du mélange sur 1/4 de morceau de sucre de canne à sucer toutes les 15 minutes pendant 1 heure.

  • Si vous êtes sujet aux calculs, ne vous couchez pas avant d'avoir bu deux verres d'eau et, si vous vous réveillez, n'hésitez pas à vous réhydrater : les urines de la nuit sont plus concentrées et donc plus susceptibles d'entraîner des calculs. Dans la journée, vous pouvez également boire du jus d'oranges pressées, car le citrate qu'il contient neutralise la formation de cristaux. En revanche, les sodas et l'alcool sont à consommer avec modération.

Nous vous recommandons de vous faire accompagner par un thérapeute pour vérifier que ce complément est compatible avec votre état de santé ou avec vos traitements en cours.

Et quel que soit votre état de santé, les conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliuqez sur un des liens ci-dessous.