Bien choisir son cours de yoga: les types et les adresses

Depuis le début du XXème siècle, écoles, ashrams et centres de yoga prolifèrent en Occident. Des enseignants ont élaboré des techniques en privilégiant leurs priorités personnelles, puis ont donné leur nom à ces nouvelles méthodes. Les écoles de yoga ne cessent donc de se ramifier. Au point qu’il devient difficile d’en choisir une. Iyengar et Sivananda sont parmi les plus nombreuses. Avec l’Annuaire, nous vous proposons de nombreuses adresses de cours. Mais il est peut-être difficile de choisir le professeur et le cours qui vous conviennent à vous personnellement. Pour vous aider, nous avons dressé un panorama des différents courants actuels en France.

Le Yoga classique ou asthanga yoga, le yoga de Patanjali.
Qu’est-ce que c’est ?

Ce yoga se réfère au maître de yoga, Patanjali, qui fut le premier sage à compiler sous forme d'écrit la connaissance du yoga jusqu'alors transmise oralement. L'ouvrage, les Yoga-sûtras, expose de façon très condensée les différents aspects du yoga dont les huit piliers sont mis en exergue. L'ashtanga yoga, le yoga aux huit membres, comprend yama, niyama, asana, pranayama, pratyahara, dharana, dhyana, samadhi.

Les cinq premiers angas (membres) sont considérés comme externes, les trois derniers comme internes. Les yamas concernent la juste relation avec l'environnement social. Les niyamas, au nombre de cinq, concernent la juste attitude vis-à-vis de soi. Yamas et niyamas se révèlent être le cadre, dans lequel se créent les processus de transformation positive.

Asanas, les postures, constituent la singularité du yoga et en sont l'élément moteur. La posture mobilise les différents plans de l'individu : physique, émotionnel, mental, spirituel et vise l'harmonisation de ces plans.
Pranayama : facilitée par la pratique des postures (assouplissement, conscience du corps), la régulation du souffle améliore grandement l'homéostasie générale de l'individu. Les nombreux exercices sont abordés progressivement. La capacité de concentration mentale est accrue.

Pratyahara : souvent traduit comme le retrait des sens. Cette étape consiste à unifier le mental et mieux le canaliser.
Dharana : la concentration est un état du mental qui vise à maintenir celui-ci sur un objet concret ou abstrait.
Dhyana : la méditation est un raffinement de l'état de concentration et de ses effets. Pour le yogi, la méditation est plutôt de l'ordre de la contemplation : observer ce qui est, ce qui requiert de l'entraînement.
Samadhi : le but ultime, l'état d'unité.

  • Attention : ne confondons pas l’ashtanga des origines avec l’ashtanga venu des États-Unis que l’on appelle également Power yoga, yoga du pouvoir. C’est le yoga de la nouvelle génération séduite par le bien-être et la beauté que procure sa pratique régulière. Le corps bouge sans arrêt sur un enchaînement d’asanas au rythme de la respiration. On a parfois l’impression de « sauter » littéralement d’une posture à l’autre. Certains professeurs ont été formés à la source par Pattabi Jois mais pas tous. Pattabi Jois, élève de Krishna-macharya, a fondé en 1948 à Mysore (Inde du Sud) l’école Ashtanga Yoga Institute. Parfois, l’ashtanga nouvelle version a subi bien des transformations.

Hatha yoga
Pour qui ?

C’est de loin la forme de yoga la plus répandue dans nos contrées. Le hatha yoga est parfaitement adapté au monde d’aujourd’hui qui met l’accent sur l’action, le bien-être et la beauté du corps. Il est plutôt fait pour les tempéraments « physiques », les actifs, les cartésiens, et même ceux qui ne s’intéressent pas aux aspects profonds du yoga.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est l’un des systèmes de yoga les plus complets et les plus efficaces. Sur lui repose la plupart des autres systèmes de yoga. Il est dit : « Il n’y a pas de hatha yoga sans raja yoga, ni de raja sans hatha ».
Pour le hatha yoga, le corps est un bien précieux. Il est la base de son travail et l’instrument de la réalisation : « Le corps est le temple de l’âme et le reflet du mental ». En travaillant sur le corps, en le nettoyant et en l’équilibrant, le hatha travaille aussi sur la psyché de l’être intérieur. Les blocages du corps correspondent aux blocages de l’être intérieur. En libérant le corps, on libère la conscience.

Pour atteindre l’état de yoga, le hatha utilise le corps et le prana, énergie subtile contenue dans l’air et captée par le nez et les poumons. Nous avons l’énergie, le prana, que nous sommes capables de contenir. Quand il ne circule plus dans le corps, c’est la mort. Il est distribué par tout un réseau de canaux subtils (les nadis). Ceux-ci se bouchent en partie ou totalement avec l’âge, les tensions et les excès de toutes sortes. D’ou fatigue, déprime, maladies, dégénérescence, limitation de la conscience et donc de la vision de la réalité. Une pratique régulière de hatha yoga permet d’acquérir et de maintenir la jeunesse, la force, le dynamisme, la minceur, la santé et la beauté du corps.

Les techniques

Le hatha yoga utilise les « sat karma » (techniques de nettoyage), les « asanas » (postures physiques), les « pranayama » (techniques de souffle), les « bandhas » (contractions musculaires) très particulières, les « mudras » (techniques qui canalisent le prana dans diverses parties du corps).
Chaque famille de postures agit sur une glande précise, provoquant ainsi une réduction ou une augmentation des hormones produites par celle-ci. Notre état physique, émotif et mental est directement relié au système hormonal.

La posture

Une fois la posture placée, l’immobilité absolue doit être maintenue. Elle permet au sang et à la lymphe de travailler différemment dans le corps ; produit un effet de nettoyage et de tonicité sur les muscles, les articulations et les organes. Elle permet au souffle de se placer. Celui-ci est capital : il va accélérer le nettoyage et la tonicité qu’apporte une posture. Il permet au prana d’être véhiculé rapidement et efficacement dans la zone travaillée, renforçant puissamment les effets de l’asana.

À lire : « Hatha Yoga Pradipika, Commentaires de swami Satyananda » (Éd. Satyanandashram).

Yoga Nidra
Pour qui ?

C’est une technique de relaxation profonde du yoga. Une fois assimilé, le nidra yoga peut se pratiquer à plat dos dans son lit pour préparer un sommeil de qualité, ou le matin, avant de se lever. Cette technique est recommandée à tous ceux et toutes celles qui souffrent d’insomnie, de stress et d’anxiété. Dans la forme classique mise au point par swami Satyananda, le nidra représente une technique ouverte à chacun. Elle permet non seulement d’explorer les chemins du sommeil mais aussi de découvrir son potentiel et de se changer soi-même. Ainsi peut-on découvrir une zone en nous abritée des tempêtes qui est la source d’intuitions profondes, où sagesse et créativité peuvent donner du sens à l’action de chaque jour.

Qu’est-ce que c’est ?

En sanscrit, nidra signifie sommeil. Yoga nidra est un état entre deux où se combinent détente et vigilance, où l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche du cerveau s’harmonisent, où les deux nadis, ida et pingala, se conjuguent. Et c’est là le prélude d’un authentique repos. Notre équilibre tout entier dépend de ce temps de relaxation profonde qui réduit la triple tension physique, émotionnelle et mentale.

La technique

Vous êtes allongé ou assis dans l’immobilité totale, les yeux fermés. Vous sentez tout le corps. Vous écoutez tous les bruits environnants. Vous écoutez le bruissement du souffle dans vos narines. Vous sentez tous les points de contact du corps avec le support. Vous éprouvez la présence de la respiration dans le corps. Vous répétez trois fois une résolution positive, dite sankalpa. Commence alors une rotation systématique de la conscience dans toutes les parties du corps…

À lire : « Yoga Nidra » de swami Satyananda, traduit par Micheline Flak (Éd. Satyanandashram).

Kundalini yoga
Pour qui ?

Il convient aux tempéraments actifs, volontaires et cartésiens.

Qu’est-ce que c’est ?

Une technique qui se sert et travaille directement sur l’énergie de base appelée kundalini et sur les fameux « chakras ». Dans ce système très complet, précis et rapide, les erreurs ne pardonnent pas. D’où la nécessité de la présence d’un vrai maître en la matière. Voici ce qu’en disait André Van Lysebeth (N°293 Yoga, juillet-août-septembre 2001) : « ...les techniques d’activation des forces cachées de la kundalini ne sont pas sans danger, bien loin de là, et en les confiant à des disciples triés et éprouvés, les gourous savaient qu’ils ne couraient aucun danger. La diffusion sans discrimination de telles techniques est hasardeuse. Heureusement, bien des techniques sont encore secrètes, mais l’Occidental est encore protégé par... son manque de persévérance ! Après quelques semaines, ou au plus quelques mois, lassés, les disciples inconscients abandonnent leur pratique, ce qui les protège des dangers. Sinon, c’est comme vouloir escalader le Mont Blanc sans guide et en espadrille ! »

La technique

Le kundalini yoga utilise un ensemble de techniques : postures, pranayama, concentration et méditation dites tantriques et aussi des techniques d’éveil direct de la kundalini.

À lire : « La puissance du serpent » de Arthur Avallon, 1977 ;
« Kundalini tantra » de Swami Satyananda (Swam éditions).

Kriya yoga
Pour qui ?

Pour ceux qui ont la chance de rencontrer un maître du kriya yoga. L’un des principaux représentants en Inde du nord est Swami Shankaranda Giri, issu de la prestigieuse lignée de Babaji.

Qu’est-ce que c’est ?

Une méthode qui est à la fois une science et une philosophie : « Elle ne concerne plus le plan physique ni même astral de la personne. Elle est destinée à agir dans le monde causal et ne s’adresse qu’à notre part « éternelle ». Au delà de la technique, il y a un enseignement silencieux, une communication subtile d’âme à âme entre le gourou et son disciple », dit Marie-Hélène qui suit l’enseignement de Shankaranda Giri. « Le Kriya yoga m’a fait comprendre qu’il n’y avait rien à changer », dit Mâ Anandamayi.

La technique

Le kriya yoga comprend les asanas ou postures de relaxation, les bandhas, ou verrouillages musculaires, et les mudras, ou gestes qui favorisent la santé, la paix et l'éveil des principaux centres d'énergie, les chakras. Babaji a choisi une série de dix-huit postures particulièrement efficaces, qui sont enseignées par étapes et par paires. On ne se soucie pas du corps physique pour son seul bien-être mais parce qu'il est le véhicule du divin.

À lire : « Kriya yoga, l’union de l’âme et du souffle », Édition l’Or du Temps, 1994.

Raja yoga

La voie du raja est celle qui échappe le plus à toute définition. Elle est mentionnée dans la Bhagavad Gitâ, mais ne joue pas dans la narration un rôle aussi central que les trois autres voies, le jnana ou lumière de la connaissance, le bhakti ou dévotion sans désir, le karma qui se réfère à l’action juste. Le raja ne prendra toute son importance dans l’évolution de la philosophie yogique qu’avec Patanjali. En réalité, le chemin des huit étapes, désigné par Patanjali sous le terme de voie de l’ashtanga yoga, n’est autre que la voie du raja yoga.

« Il existe d’autres systèmes spécifiques et très efficaces, dit Jean-Louis Gianfermi. Certains sont nouveaux et demandent encore à faire la preuve de leur efficacité. Car l’essence du yoga, ainsi que les techniques supérieures de chaque système se transmettent depuis la nuit des temps de maître à disciple, de bouche à oreille, d’où l’existence et l’importance des lignées de maîtres ».

En Occident, des formes particulières de yoga se sont développées et sont enseignées.
Parmi lesquelles :

Yoga des yeux

Pour tous ceux qui veulent voir bien sûr, améliorer leur vue dans tous les sens du terme, et peut-être parvenir à se passer de lunettes. Car l’œil nous dévoile ce qui nous entoure et nous renvoie le reflet de notre état intérieur. Le yoga enseigne de nombreuses méthodes de rééducation visuelle mises au point par le docteur Bates et un chirurgien ophtalmologiste indien, le docteur Agarwal dans le but de corriger certains troubles de l’œil, de faire gagner quelques dixièmes de vision et d’apporter une nécessaire relaxation. N’oublions pas que l’écrivain Aldous Huxley sur le point de perdre la vue l’a retrouvée grâce à la méthode Bates.

Yoga du froid

Il s’agit d’une chaleur corporelle particulière déclenchée par des exercices de yoga. Par une méthode spécifique, on parvient à extraire le prana de la nature et à l’emmagasiner dans le corps. Puis, on le transmue en énergie subtile qui produit une chaleur psycho-physique interne circulant dans les canaux du système nerveux, les nadis. Cette méthode est issue d’une tradition du yoga tibétain et s’appelle Tummo ou Toumo.

Yoga de l'énergie

« Là où va la pensée circule l’énergie », disait Roger Clerc.
La pratique commence par dix-huit mouvements préliminaires assez proches du taï chi chuan, se poursuit par des exercices respiratoires et de concentration sur le point source correspondant à l’épiphyse, ainsi que la pratique de circulation d’énergie dans les méridiens. Le troisième degré est dédié à un plan plus subtil. À lire : « Yoga de l’énergie, les 18 mouvements préliminaires : danse cosmique » de Roger Clerc (Éditions Cariscript, Paris).

D’autres courants de yoga sont moins répandus en France:

  • Le nada yoga et le mantra yoga, deux systèmes très puissants qui utilisent les sons et sont recommandés aux artistes et aux ultra-sensibles.
  • Le bakhti yoga et le karma yoga. Le bakhti yoga utilise la dévotion à une déité ou à un maître. Il se fonde sur les rituels et utilise aussi des techniques comme la méditation et les mantras. Le karma yoga est le yoga des œuvres, le yoga de l’action désintéressée dans le monde. Ces deux yogas conviennent aux tempéraments émotifs.
  • Le jnana yoga.Très peu pratiqué dans le monde, ce yoga utilise la lucidité, l’intelligence et la logique. Deux des grands maîtres du jnana sont Krishnamurti et Aurobindo. Il correspond aux cérébraux.
  • Le siddha yoga. Il fut importé en Occident par Swami Muktananda. Les élèves étudient la psalmodie, les écrits des sages et la contemplation, et proposent, sur les conseils du guru, des services désintéressés qui sont autant de moyens de réalisation de soi. Ce yoga attache également une grande importance au pouvoir des mantras, au bien-être, à la beauté et à la joie. Les deux principaux ashrams sont en Inde et dans l’Etat de New-York.

L'Annuaire du Yoga :

Pour trouver le professeur, près de chez vous, qui enseigne le yoga que vous souhaitez découvrir ou approfondir, vous pouvez vous reporter à l'Annuaire du yoga.
L'Annuaire comprends, commune par commune, les cours collectifs ou individuels, les cours à domicile et les adresses de l'Ayurveda ( médecine traditionnelle indienne).
L'Annuaire est disponible gratuitement sur ce site en page d'accueil.