Vitamine D2 ou D3 ? Le vrai débat est ailleurs

Est-ce un nouveau problème sanitaire majeur qui se dessine ? Au vu de plus de 80 études scientifiques internationales, on découvre, d’une part que près de 90% de la population est en insuffisance de vitamine D, et d’autre part que le rôle de cette vitamine est bien plus important qu’on ne le pensait. Mais ce n’est que lorsqu’elle est naturelle qu’elle exerce vraiment les actions protectrices jusqu’ici insoupçonnées : contre les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies osseuses ou musculaires...


Pourquoi sommes nous carencés ?

Cette déficience tient à notre mode de vie actuel, notamment au fait que nous ne nous exposons presque plus au soleil et abusons de crèmes solaires. Il faudrait donc repenser notre attitude vis-à-vis de l’exposition solaire. Car il faudrait aller au moins vingt minutes au soleil, corps entier, avant 11 heures ou après 16 heures pour que la peau puisse synthétiser assez de vitamine D naturelle, porteuse de son énergie.

Quelles sont les maladies concernées par la carence ?

Divers travaux très récents permettent de découvrir son action préventive sur diverses pathologies. À titre d’exemple, on peut citer son action protectrice contre le cancer de la prostate, du sein, du colon. Elle est indispensable pour réguler l’immunité ; certaines maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques par exemple, sont aggravées par sa carence. En ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, des études ont montré que sa carence favorise la calcification des artères. Il existe même un lien entre les accidents vasculaires cérébraux et le manque de vitamine D. Enfin on sait depuis quelques temps que la chute spontanée des personnes âgées lui est imputable en raison de la faiblesse musculaire qu’elle engendre. Et tout cela sans parler de l’ostéoporose, du diabète et de la dépression.   

Pourquoi est il préférable que la vitamine D en supplémentation soit naturelle ? 

La vitamine D agit sur presque tous nos tissus et nos organes, comme le ferait une hormone. Lorsqu’on supplémente avec une forme synthétique trop fortement dosée, on provoque de ce fait une dépendance un peu comme lorsqu’on absorbe une hormone de synthèse. De plus la forme synthétique n’a certainement pas les même effets que la forme naturelle apportée par l’alimentation ou fabriquée par la peau. 

Quelle vitamine choisir... D3 ou D2 ? 

Il existe aujourd'hui un débat entre les partisans de la vitamine D2 et ceux de la vitamine D3.

La vitamine D3 (cholécalciférol), est fabriquée par la peau à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’influence des ultraviolets B. Elle est soit extraite du foie des poissons, soit obtenue en exposant de la lanoline (cire de laine, d’origine animale) au rayonnement UVB.
La vitamine D2 (ergocalciférol) que l’on rencontre dans les végétaux est obtenue en exposant des champignons aux ultraviolets.

Autant dire que la D3 et la D2 sont aussi naturelles l'une que l'autre
Pour tenter de conclure, vitamines D2 et D3 peuvent toutes deux donner naissance à la vitamine D active, mais la vitamine D3 est celle que nous fabriquons naturellement. Il semble aussi qu’elle soit détruite moins vite.