Vieux ? Moi, jamais !

Vivre jusqu’à 110 ans, 120 ans… D’ici quelques décennies, les 122 ans atteints par Jeanne Calment ne seront plus l’exception, mais la règle. On dénombre déjà 12 000 centenaires dans notre pays et ce chiffre ne peut qu’augmenter car nous gagnons actuellement en France – pays le mieux loti du globe après le Japon – un an d’espérance de vie tous les quatre ans. Déjà, un bébé sur deux qui naît aujourd’hui devrait devenir centenaire. Et ce n’est qu’un début car les scientifiques trouvent toujours plus de solutions pour allonger la durée de la vie.

Ils cherchent aujourd’hui l’immortalité dans la révolution de la biologie moléculaire et de la nanomédecine – la technologie, à l’échelle du milliardième de mètre, appliquée à la médecine. Le corps, tel qu’ils l’imaginent demain, pourrait laisser place à un système organique inusable où se mêleraient biotechnologie, nanotechnologie et systèmes d’information. Un état posthumain, en somme. De quoi donner un vertige existentiel !

Mais, en se focalisant exclusivement sur la durée de vie, comme si l’enjeu ultime était de battre un record, la médecine moderne semble oublier l’essentiel : le défi d’aujourd’hui, ce n’est pas d’accéder à l’immortalité comme on nous le promet, mais bien de réussir sa longévité.

Vieillir en bonne santé ne dépend d’aucune technologie, d’aucune découverte médicale. Atteindre cet objectif dépend de chacun d’entre nous et, finalement, on peut y parvenir assez facilement. Car si nous ne pouvons pas vraiment agir sur notre héritage génétique – qui reste important puisqu’il existe des gènes de la longévité – ni sur l’environnement dans lequel nous vivons, nous avons, en revanche tous les moyens de contrôler notre mode de vie, notre alimentation, l’entretien de notre corps, notre sommeil et notre capacité à nous détendre pour vieillir en forme.

Et ce n’est ni compliqué ni astreignant. On peut y parvenir en s’inspirant des centenaires d’Okinawa, par exemple. Ils ne mangent qu’à 80 % de leur faim et intègrent dans tous leurs menus des fruits et légumes (de toutes les couleurs) et peu de graisses. En privilégiant les acides gras poly-insaturés pour assurer la fluidité de toutes les membranes cellulaires. En faisant aussi de l’exercice physique plus régulièrement (trois demi-heures par semaine sont une bonne moyenne).
Il y a aussi d’autres moyens, tout aussi importants, pour vivre vieux et en bonne santé : déguster l’optimisme, cultiver un hédonisme tranquille, gérer la moindre tension, mener une vie érotique satisfaisante…

Nous sommes tous de passage, c’est entendu, et nous avons le droit – c’est un droit humain – de vivre aussi longtemps que nous le pouvons. Mais pouvons-nous exercer ce droit si nous ne mettons pas nous-mêmes en œuvre les moyens qui nous permettront de vieillir dans de bonnes conditions ? Certains voudront peut-être se transformer en cyborg et forcer la nature, j’ose espérer que beaucoup choisiront l’autre voie – tout aussi efficace – qui consiste à trouver un nouveau rapport avec leur corps. En le traitant, par exemple, comme un bon ami.?

Docteur Jean-Pierre Willem