Vaut-il mieux être chauve qu’impuissant ?

 

Messieurs (et par extension, mesdames), préférez-vous perdre vos cheveux ou votre libido ?
 
C’est bien en ces termes qu’il vous faudra poser les données du problème lorsque votre dermatologue préféré vous prescrira du finastéride. Préconisée dans les premiers stades d’alopécie androgénétique (due à la testostérone, l’hormone mâle), cette molécule commercialisée sous le nom de Propécia traîne sa réputation de tue-l’amour en induisant une baisse sensible de la libido, des troubles de l’érection et/ou de l’éjaculation.
 
Les effets indésirables de ce médicament sont d’autant plus gênants qu’ils peuvent persister jusqu’à trois mois après la fin du traitement et entraîner dépression et pensées suicidaires
 
Un  programme à s’arracher les cheveux.
 
 
Michael S. Irwig dans, Journal of Clinical Psychiatry, 2012.