La phytothérapie face à la grippe A

À ma grande surprise a été diffusé dans le Journal télévisé de TF1, le vendredi 4 septembre au soir, un reportage sur « ces plantes qui renforcent le système immunitaire ». Au menu : l’échinacée et la papaye fermentée, cette dernière étant plébiscitée par notre Prix-Nobel de médecine, le Pr Luc Montagnier en personne. Bien évidemment – vous vous en doutez – c’est parce que la menace est sérieuse que 6 à 7 millions de Français ont eu droit à ces 2 minutes 15 secondes de phytothérapie ! Mais aussi sans doute parce que le Tamiflu n’a pas vraiment d’effets face au virus H1N1 et que le vaccin dont on nous rebat les oreilles apparaît comme un remède aussi dangereux qu’inefficace… Reste donc une solution : la phytothérapie !


Effectivement, l’échinacée aide à lutter contre les formes pathologiques d’une activité virale et la papaye fermentée est un immunostimulant. La société que je dirige recommande justement ces deux produits majeurs. Cela fait donc plaisir d’entendre Claire Chazal lancer ce genre de sujets, non seulement pour la raison précitée mais surtout pour la phytothérapie tout entière. Le système serait-il en train de se poser des questions ?
Serait-ce le début d’une révolution ? Ou ne serait-ce que l’amorce d’une ouverture ? La fin du tunnel ? Nous le verrons avec l’évolution de cette épidémie…
Vous êtes nombreux aujourd’hui à me faire part de vos vives inquiétudes devant la grippe A et à me demander quoi faire. Mon premier conseil est de lutter contre la peur. Dans notre société médiatique, la peur est notre plus grand ennemi, elle agit comme les virus et celui-là est le pire de tous. La peur détruit nos défenses immunitaires. Elle nous atteint au cœur de notre personnalité et dans ce que nous avons de plus cher : la confiance en soi et en l’avenir ! Ce n’est pas par hasard que les laboratoires pharmaceutiques manipulent la peur à tours de bras avec la complaisance de nos politiques… Mais cette fois-ci, il faut tenir bon et savoir qu’une grippe, quelle que soit sa forme, reste une grippe : la plupart des personnes s’en remettent facilement.
Pour cela, il faut avoir un système immunitaire qui fonctionne bien et là les conseils du naturopathe sont assez simples : manger équilibré, veiller à sa flore intestinale (il n’y a pas mieux que les probiotiques !), penser à éviter les périodes de fatigue, soigner son terrain justement avec des approches multifactorielles. Pour ce qui est des plantes, on fera aussi appel avec profit à l’éleuthérocoque, au ginseng, à la gelée royale, à la propolis, au shiitaké, à la rhodiola, à l’astragale… Sans oublier la magnifique, celle qui malheureusement commence à être en rupture un peu partout, j’ai nommé l’huile essentielle de ravintsara.
On l’utilisera à bon escient – un tout petit flacon chez soi suffit – en appliquant quelques gouttes sur la colonne vertébrale uniquement lorsqu’on est sûr d’être dans une phase à risque de contamination.
Restons donc sereins, c’est l’essentiel. Personnellement, je ne serais pas étonné que dans six mois, la grippe A soit une affaire oubliée. Il n’est pas impossible que la pandémie s’éteigne plus vite que prévu. Et, évidemment, qui criera victoire ? Les laboratoires qui auront inventé les vaccins…