Jus d’orange : un écobilan catastrophique

Plus de 550 millions de litres de jus d’orange industriel sont engloutis chaque jour sur la planète, dont la moitié en Europe. Et 80% sont produits au Brésil, dans l’État de Sao Paulo plus exactement. Le jus d’orange parcourt donc 12 000 km pour atterrir notamment en Allemagne, le premier consommateur de l’Union européenne avec 21 litres par an et par habitant.

Ce qu’on ignore, c’est qu’afin de réduire le coût de transport, et avant d’embarquer dans les conteneurs, les oranges sont pressées sur place, pasteurisées et concentrées pour devenir une sorte d’extrait. Une fois l’océan Atlantique traversé, l’extrait est dilué et conditionné.

Toutes ces actions ne sont pas neutres, elles ont un coût en matière d’environnement. Il suffit d’additionner les dépenses en eau et en énergie pour l’évaporation, la re-transformation en liquide, le conditionnement, le transport et la manutention, sans oublier la publicité. L’écobilan est alarmant.

Jugez-en : chaque litre de jus d’orange en pack, fût-il bio, pollue 24 litres d’eau, nécessite 0,02 litre de pétrole et stérilise un mètre carré de terre cultivable.

Il existe bien d'autres jus de légumes qui apportent autant de bienfaits que le jus d'orange, alors si vous le pouvez, préférez ceux-là.