De plus en plus seuls

La solitude frappe quatre millions de Français, soit une personne sur quinze. Elle touche surtout les plus âgés, les handicapés et les chômeurs, mais aussi un tiers des jeunes de 18 à 24 ans ! Ces chiffres sont terribles. Les facteurs déclenchants sont généralement un divorce, un licenciement, la perte d’un proche, une maladie, un déménagement, un handicap… À cela s’ajoute le fait que les réseaux traditionnels (famille, amis, travail, milieu associatif…) ne jouent plus leur rôle.


Peu à peu, des compensations précaires se sont installées pour tenter d’échapper à cette solitude. Par exemple, la peur irraisonnée du silence pousse nombre de nos concitoyens à laisser leur télévision allumée à longueur de journée, à écouter leur baladeur lorsqu’ils sont dans la rue, à brancher la radio lorsqu’ils sont en voiture, ou à passer des heures à téléphoner avec leur portable…

Les plus jeunes, quant à eux, se sont réfugiés dans les réseaux sociaux virtuels pour tenter de compenser les liens sociaux inexistants. Il semble aujourd’hui qu’il soit plus facile de discuter avec un correspondant vivant à l’autre bout de la planète qu’avec son voisin de palier… sans doute par peur de se montrer tel que l’on est réellement ? Car il est plus aisé de donner le change ou de se livrer à une personne étrangère avec laquelle il est possible de rompre les liens à tout moment…

Cela se voit aussi dans le choix des vacances, où tout le monde se retrouve aux mêmes endroits : embouteillages, plages, supermarchés, terrasses de cafés… probablement parce que le groupe rassure et permet de tromper la solitude. Un autre phénomène troublant est aussi qu’aujourd’hui plus personne ne parvient à décrocher totalement pendant ses congés. On demeure en contact avec le travail par le téléphone portable ou par les mails.

Ainsi, il est troublant de constater qu’à l’heure où les moyens de communication entre individus n’ont jamais été si nombreux, le nombre de personnes seules et isolées ne cesse de croître. Plus étonnant, les personnes souffrent davantage de solitude dans les villes que dans les campagnes : 61 % des habitants de Paris, de Lyon et de Marseille s’en plaignent, alors que les possibilités de rencontres et d’échanges sont très nombreuses dans ces grandes villes.

Or la solitude a de nombreuses répercussions graves sur la santé. Ainsi, anxiété, dépression, alcool, drogue, boulimie, surpoids, suicide… sont souvent au programme, mais aussi de nombreuses maladies comme l’hypertension artérielle, l’Alzheimer, les baisses immunitaires. Il est donc temps de commencer à aller vers les autres et de réapprendre à communiquer tout simplement. « Bonjour Madame. Il fait beau aujourd’hui… »?