Alléguez... il en restera toujours quelque chose

Après avoir vidé les aliments de toute substance nutritive, les industriels de l’agroalimentaire ont eu, il y a une quinzaine d’années, l’idée géniale de les enrichir en vitamines et autres nutriments… et de les vendre plus cher. La technique a atteint aujourd’hui son apogée et donne lieu, en ce moment, à une surenchère d’allégations, toutes plus prometteuses les unes que les autres.


Au début, deux publics principaux étaient ciblés?: les enfants et les personnes âgées. Vitamine E pour les vieux, fer ou phosphore pour les jeunes… et calcium pour tout le monde ! Mais cela ne suffit plus, il faut maintenant que chacun y passe. Celle qui se trouve trop grosse, celui qui fait du cholestérol, le futur Alzheimer et l’ex-jeune-cadre-dynamique-qui-fatigue-un-peu. Il faut aussi que ce soit naturel : une goutte d’huile essentielle dans le liquide WC, une lichette de beurre de karité dans la crème de bronzage… La prochaine étape est déjà franchie : tout est désormais éthique, humanitaire ou au moins écolo. Consommer une bonne action, c’est encore meilleur pour la santé !

Profitant de ce brouhaha, les empoisonneurs d’hier passeront bientôt pour des bienfaiteurs de l’humanité. Qui saura, d’ici quelques années, repérer ces opportunistes ? Une seule solution : privilégier ceux, agriculteurs, producteurs ou gérants de magasins, qui ont choisi la voie de l’alimentation-santé depuis longtemps. à une époque où cela rapportait beaucoup plus d’ennuis que d’argent…