L’eau du robinet dissuasive

Je m’étonne souvent de constater que l’eau du robinet est javellisée (et imbuvable) même lorsque celle-ci vient d’une source de montagne d’une pureté exemplaire. À mon avis, ceci est le résultat de la combinaison des campagnes de sensibilisation de la part des grands trusts de vente d’eau en bouteille, auprès de conseils municipaux et régionaux qui tirent tous les parapluies et ne veulent prendre aucun risque sanitaire. Ainsi, de l’eau qui pourrait être classée thérapeutique est transformée en poison chronique, parce que la loi est ainsi faite que l’on n’a pas le droit de tuer les gens d’un seul coup, mais que, par contre, on a le droit de porter atteinte à leur santé et les faire mourir à petit feu.

Par ailleurs, il est curieux que les normes françaises en poisons et polluants soient toujours beaucoup plus larges que les normes européennes : ce qui est dangereux pour un Suisse ou un Allemand ne l’est absolument pas pour un Français. Par exemple, dans le Beaufortin (Savoie), les villages de Beaufort et de Villard sont alimentés par une eau « contrôlée » chargée en arsenic, ce qui fait que beaucoup d’habitants du coin sont victimes de gastrite chronique, quelquefois dramatique (c’est comme cela que les Anglais ont fait mourir « naturellement » Napoléon à Sainte-Hélène). Pour la France, cette eau est dans les normes. Il faut dire qu’acheter de l’eau en bouteille lorsqu’on vit à la montagne, c’est un peu fort. Mais l’on sent bien que tout est organisé actuellement pour amener les gens à acheter l’eau à boire. Pour cela, les trusts de l’eau en bouteille ont tout intérêt à souiller l’eau gratuite disponible dans la nature.
Pour échapper à ce piège, il reste les osmoseurs qui se branchent sur le robinet. Les premiers prix tournent autour de 457 euros. L’eau qui en sort équivaut à de l’eau distillée, mais en mieux, puisque des poissons peuvent vivre dans l’eau osmosée, ce qui n’est pas le cas pour la première.

Pourtant, cette eau, à la sortie de l’appareil, est déprogrammée et il convient de la laisser à la lumière du soleil pendant 3 heures avant de la boire. Pour encore améliorer la qualité biologique de cette eau «trop pure», il est bénéfique d’y adjoindre une cuillère à café d’argile par litre à laisser au fond du pot. Il y a d’autres méthodes mais généralement plus coûteuses.

 

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :