Du Fipronil dans le lait, l’huile de tournesol, la margarine et… sur nos animaux de compagnie

Il est désormais établi que c’est à cause du Fipronil (la molécule active de l’insecticide Regent) que des millions d’abeilles sont mortes ces dernières années ruinant du même coup des centaines d’apiculteurs. Après des années de lutte acharnée, les défenseurs des abeilles ont obtenu, en début d’année que la commercialisation de cet insecticide soit interdite. Mais le Fipronil est loin d’avoir disparu de notre environnement quotidien.

Avec le temps, on en découvre un peu partout. La récente analyse d’un échantillon de lait provenant de vaches nourries à l’ensilage de maïs traité au Regent vient de démontrer que l’on pouvait trouver ce puissant neuro-toxique dans les produits laitiers que nous consommons tous les jours. Cette découverte vient confirmer de précédentes analyses qui avaient déjà détecté la présence de Fipronil dans des échantillons de margarine et d’huile de tournesol prélevés dans le commerce.

Le Fipronil est également la molécule active du Frontline, que tous les propriétaires de chiens et de chats connaissent bien puisqu’ils en appliquent régulièrement sur le poil de leurs compagnons sans s’inquiéter des quantités qu’ils ingèrent eux-mêmes en les traitant ou, plus simplement, en les caressant. Or plusieurs études officielles ont démontré que le Fipronil était actif à des doses extrêmement faibles. On sait également que la dissipation de cette molécule est très lente (le Termidor, utilisé pour venir à bout des termites est lui aussi à base de Fipronil. Il est crédité par son fabricant d’une durée d’action de cinq ans).

Le célèbre cancérologue Dominique Belpomme (conseiller de Jacques Chirac sur le sujet du cancer) classe le Fipronil parmi les pesticides capables de causer le cancer chez l’homme. Tous ces éléments seront-ils suffisants pour que l’on interdise définitivement l’emploi du Fipronil, quel que soit son usage, et des produits alimentaires qu’il a contaminés ?